•   
  •   

Sport Suárez fait tomber les murs de l'Inter

06:45  03 octobre  2019
06:45  03 octobre  2019 Source:   sofoot.com

Embrouille dans le vestiaire de l'Inter entre Lukaku et Brozović

Embrouille dans le vestiaire de l'Inter entre Lukaku et Brozović Décidément, les premières semaines de Romelu Lukaku à l'Inter sont tout sauf un long fleuve tranquille. Victime d'insultes racistes de la part de supporters adverses, et lâché par une frange des ultras de son propre club dans cette affaire, le buteur belge aurait failli, selon la Gazzetta dello Sport, en venir aux mains avec son coéquipier Marcelo Brozović après le match nul des Nerazzurri face au Slavia Prague mardi soir en Ligue des champions (1-1).

Dominatrice et devant au score à la pause, l'Inter n'avait pas les épaules pour tenir face à des Blaugrana autrement plus entreprenants en seconde période. Et portés par un Luis Suárez injouable à la finition des actions.

Un monde décloisonné, mobile, ubique qui nous permet de vivre toutes nos passions sans limite : la Nouvelle Livebox concentre ce que le digital a de

  Suárez fait tomber les murs de l'Inter © Fournis par MoneyTag

Dominatrice et devant au score à la pause, l'Inter n'avait pas les épaules pour tenir face à des Blaugrana autrement plus entreprenants en seconde période. Et portés par un Luis Suárez injouable à la finition des actions.

FC Barcelone 2-1 Inter

Buts : Martinez (2e) pour l'Inter // Suárez (54e, 84e) pour le Barça

Tout le monde connaît la chanson. À la maison, le Barça est une forteresse imprenable depuis 2013 en C1. L'Inter y aura pourtant cru, le temps d'une mi-temps et de mener au score à la pause. Puis Luis Suárez a sorti son flingue. Trois petites fois sur l'ensemble du match. Pour deux buts marqués. Et les Catalans ont liquidé sans pitié les espoirs des Nerazzurri.

L'Inter, roi de Milan

  L'Inter, roi de Milan Vainqueur ce samedi à San Siro de l'AC Milan, au terme d'un derby de haute volée (0-2), l'Inter Milan a récupéré la tête du classement. Meilleure défense et meilleure attaque de Serie A, les Nerazzurri seront durs à aller chercher cette saison. © Reuters Les derbys se suivent et se ressemblent du côté de Milan. Ce samedi à San Siro, c’est à nouveau l’Inter qui s’est défait de son meilleur voisin et ennemi, l’AC Milan (0-2). Les Rossoneri n’ont plus gagné face aux Nerazzurri depuis le 31 janvier 2016 (3-0). Une éternité.

Повторите попытку позже. Опубликовано: 10 дек. 2008 г. "Faire tomber les murs , fabriquer le lien" Introduction.

Dans chaque desespoir souvient toi des murs de Jericho qui tombaient lorsque les Enfants d'israel Louaient notre Dieu. Alors ouvre la bouche et implore le

Lautaro, ce héros

Casser l'ambiance peut parfois faire partie des petits plaisirs indicibles de l’existence. Surtout quand on s'appelle l'Inter et qu'on sait fort bien que, ce mercredi, c'est censé être la fête au Camp Nou. Forcément, le Barça veut tout de suite jouer son habituelle partition collective. Sauf que cette équipe joue une drôle de symphonie, parfois bien mal accordée. Pour preuve, dès la 2e minute, Busquets et compagnie cafouillent un ballon anodin dans l'entrejeu, qui atterrit dans les pieds de Lautaro Martinez. Un raffut habile sur Lenglet, une frappe croisée et un but plus tard, et la fiesta catalane fait soudainement pschitt. Une première fausse note qui en appelle d'autres : le Barça a beau avoir les mains sur les platines en assumant la possession de balle, c'est bien l'Inter qui impose son rythme sur la piste de danse du Camp Nou.

Antonio Conte : Pourquoi ça marche à chaque fois ?

  Antonio Conte : Pourquoi ça marche à chaque fois ? ​Victorieux du derby milanais, Antonio Conte réalise un début de saison idyllique avec sa nouvelle formation. Couronnée de succès lors des quatre premières journées de championnat, son équipe semble dotée de forces inhérentes à l’ensemble des groupes qu’il a entrainé par le passé. Après des premières victoires minimisées par la qualité modeste des adversaires, les Nerazzurri abordaient un premier test samedi soir face à l’AC Milan. À la fin de la rencontre, un large sourire communicatif...

Charles Gave, La fin de la zone euro est inéluctable…et imminente ! Charles Gave en 2010 - "L' Allemagne va mettre sous protectorat financier tout le reste de l 'Europe" - Продолжительность: 16:11 Institut des Libertés - IDL 136 147 просмотров.

ADV- Le mur de Jéricho doit tomber !!! Proclamations Heure de Jéricho - mois de novembre - Temple de la foi - Продолжительность: 33:01 Raoul Wafo TV 17 894 просмотра.

Alors que Sensi et Barella assurent la propreté des sorties de balles, le duo Sánchez-Martinez tourbillonne à donner des nausées à une charnière Piqué-Lenglet fort mal dégrossie. À la demi-heure de jeu, le Barça commence à tourner en rond, et l'Inter saute sur l'occasion : à la conclusion d'un mouvement collectif initié par Martinez, Barella voit sa frappe dans la surface contrée in extremis par Semedo. Puis Candreva dépose un centre généreux sur la grosse tête de Lautaro Martinez, encore lui, dont le coup de casque est détourné par un Ter Stegen comme souvent pas loin d’être surhumain. Mais le vrai super slip de la première période reste décidément bien Lautaro Martinez. Dans tous les bons coups, l'attaquant argentin déclenche aussi un une-deux avec Sensi, dont la frappe enroulée lèche la barre barcelonaise, juste avant la pause.

Coucou, revoilà Suárez

Problème pour les Interisti : à flirter sans concrétiser avec le but du break, on risque de finir fanny. Pas fous, les Blaugrana renouvellent juste comme il faut leur logiciel, Vidal entrant en jeu pour remplacer Busquets et De Jong évoluant dans une position plus avancée. Le Barça se retrouve des tripes et des idées, et Luis Suárez s'en va remettre tout ce beau monde à égalité. Bien servi par Vidal, l'Uruguayen signe une superbe volée couchée, où Handanović ne peut plus que plonger pour le bon plaisir des photographes. Désormais surclassés techniquement, les Nerazzurri ne ressortent plus un ballon. Conte, qui sort Candreva pour D'Ambrosio et un Sánchez fatigué pour Gagliardini, retape ses fortifications et décide de tenter de tenir le siège. Sauf que pour faire péter les murailles lombardes, le Barça dispose d'un type nommé Luis Suárez. Soit un ninja du monde moderne, qui se planque dans l'ombre de Godín, pour mieux le sécher d'un contrôle orienté et zigouiller Handanović à bout portant. Cette fois-ci, la forteresse Inter est prise, et la fin de match ressemble à une formalité. Du pain béni pour le Barça qui, après son nul inquiétant en ouverture de C1 face à Dortmund, se revisse la tête à l'endroit dans la compétition.

FC Barcelone (4-3-3) : Ter Stegen - Sergi Roberto, Piqué, Lenglet, Semedo - De Jong, Busquets (Vidal, 53e), Arthur - Messi, Suárez, Griezmann (Dembélé, 65e). Entraîneur : Ernesto Valverde.

Inter (3-5-2) : Handanović - Godín, De Vrij, Škriniar - Candreva, Barella, Brozović, Sensi, Asamoah - Lautaro Martinez, Sánchez (Gagliardini, 66e). . Entraîneur : Antonio Conte.

Résultats et classement de la Ligue des champions

Les leçons tactiques d’Inter-Juventus .
Au terme d'un choc fantastique, la Juventus de Sarri a logiquement dompté l'Inter dimanche soir. C’était au milieu de l’été, quelques minutes après une défaite aux tirs au but face à la Juventus à l’autre bout du monde. Là, à Nankin, on avait retrouvé Antonio Conte, dans le fond et dans la forme. Extraits : « L’intensité doit entrer dans la tête de mes joueurs, c’est le plus important. Nous devons presser, d’entrée, et ne jamais rien lâcher. Lorsque nous avons le ballon, nous devons jouer avec nos idées. Aujourd’hui, on commence à voir une identité, mais il reste encore énormément de travail. (...

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!