Sport: Les notes de Bruges - - PressFrom - France
  •   
  •   

Sport Les notes de Bruges

06:40  23 octobre  2019
06:40  23 octobre  2019 Source:   sofoot.com

Bernd Storck succède à Fabien Mercadal au Cercle Bruges

  Bernd Storck succède à Fabien Mercadal au Cercle Bruges Une semaine après le limogeage de Fabien Mercadal, le Cercle Bruges annonce son remplacement par Bernd Storck. © Panoramic Bernd Storck Une semaine après le limogeage de Fabien Mercadal, le Cercle Bruges annonce son Lanterne rouge de Jupiler Pro League après dix journées, avec une victoire et neuf défaites, le Cercle Bruges a mis fin aux fonctions de Fabien Mercadal en début de semaine. Entraîneur du club belge depuis le début de la saison après son départ de Caen, le Français connait l’identité de son successeur.

Et de trois pour le PSG ! Vainqueur de ses deux premiers matches de Ligue des Champions, le club de la capitale s'est imposé 5 buts à 0 face au Club Bruges . Fortement chahutés, les Franciliens doivent leur salut en grande partie à l'entrée en jeu XXL de Kylian Mbappé.

Bruges ( Brugge en Flamand) est surement l’une des destinations touristiques les plus aimées et visitées de la Belgique après la capitale Bruxelles . La ville a gardé l'aspect d'un typique village médiéval, avec petites rouelles donnant sur pittoresques canaux ( voici le nom "Venise du Nord" ) et

  Les notes de Bruges © Fournis par MoneyTag

Après une première mi-temps offensive et pleine de promesses, Bruges a finalement dégoupillé en deuxième période (0-5), à l'entrée de Kylian Mbappé. Mais tout n'est pas à jeter, notamment quand on essaye de défier le PSG en proposant du jeu. Mention spéciale à Mignolet, Deli, Vanaken et De Ketelaere.

Keylor Navas (6) : Tranquille comme un poisson dans l'eau. « La base virale VPS a été mise à jour. » Ce soir, c'était Keylor Navast.
Vidéo
Juan Bernat (6,5) : Toujours de l'essence dans le moteur, même quand il faut lâcher un tacle à la desperado. Juan Bernat est-il le meilleur arrière gauche du monde ? Les rageux diront non, les vrais diront que la question mérite au moins d'être posée.
Presnel Kimpembe (5,5) : Même si l'assurance tout risque brésilienne n'est pas de refus pour Presnel, c'était une belle sortie nocturne pour le Titi. Avec la même régularité sur les deux prochaines saisons, il deviendra à coup sûr un Gros Minet.
Thiago Silva (6,5) : Une ouverture digne d'un lancer de javelot de Jan Železný sur l'ouverture du score parisienne, puis une électricité statique au-dessus de la moyenne pour paralyser tous ceux qui osent aller à son contact. Thiago Blanka.
Thomas Meunier (6) : Son public l'a bien pris en grippe au moment où le Belge était susceptible de se faire sanctionner par le corps arbitral à la suite d'un tacle viril, mais correct. Mais dans un pays où le nouveau sport national est la possession, ce souhait d'accaparer le sifflet à défaut du ballon n'étonnera pas grand monde. Une belle copie, avant la douleur à la cuisse.
Marquinhos (7) : Un plaisir de le voir évoluer au milieu de terrain et envoyer des cadeaux à ses coéquipiers. Sa meilleure vanne de la soirée ? Avoir voulu piquer le ballon du match à Mbappé. En tant que taulier, il pouvait se permettre de titiller l'extra-terrestre.
Marco Verratti (6) : Quel bruit fait le hibou ? Hou-hou. Quel bruit fait le Petit Hibou ? Ish-ish. Encore du combat et de la vista. Bref, un joueur de gala.
Ander Herrera (5) : Beaucoup d'efforts, mais aussi une capacité à beaucoup parler au point de l'imaginer avoir piqué la personnalité de son compère italien au milieu du terrain. Ander Herrerâle. Remplacé par Abdou Diallo (72e), venu profiter du spectacle Mbappé.
Ángel Di María (6) : Une passe décisive délicieuse, un face-à-face manqué, une tentative de lob des quarante mètres en pleine tête adverse, un centre en retrait qui amène le deuxième but, une vraie passe décisive... Oui, la soirée de l'Argentin était conforme à ce qu'il sait faire depuis le début de saison. Gracias, Ángel.
Éric Choupo-Moting (5,5) : Son meilleur dribble de la soirée s'est produit au moment où Daniel Siebert a décidé de siffler la mi-temps. En revanche, sa meilleure passe de la soirée amène à un face-à-face perdu par Di María. Un homme de l'ombre, caché dans les coins sombres. Éric-Maxim Choupo-Lunatic.
Mauro Icardi (8) : Trois matchs de C1 cette saison, cinq tirs, trois buts. Voilà qui devrait fermer quelques bouches sur l'adaptation de Wanda et Mauro à Paris. Remplacé par Leandro Paredes (65e), venu tenter de calmer le jeu après l'ouragan Kylian.
Kylian Mbappé (Alien) : Est-ce normal d'entrer en jeu en deuxième période et de claquer trois buts et une passe décisive ? Non. Est-ce normal d'avoir déjà planté 17 buts en Ligue des champions à vingt piges ? Non. Tu comptes aller jusqu'où comme ça, Kyky ?
Simon Mignolet (8) : En voilà un qui semble s'être acheté un jeu au pied. Et quoi de mieux pour l'essayer que de feinter Di María ? Pour les mains, on repassera.
Clinton Mata (4,5) : Alors qu'il avait coincé et ciselé Icardi, il a commis l'irréparable en deuxième mi-temps. Por favor, Matame !
Brandon Mechele (5) : Un prénom qui en dit long, une dégaine de joueur amateur et un sens de l'anticipation bluffant. Le Christophe Kerbrat des Flandres.
Simon Deli (6) : Aussi hasardeux défensivement que propre dans ses relances, l'Ivoirien a fait son match et continue d'épater. Mais quand Mbappé est entré, tout ce travail de sape s'est écroulé.
Krépin Diatta (4) : Piston de toutes les actions offensives, il a beaucoup combiné avec Dennis. Et comme lui, les touches de balle en trop étaient légion. De quoi se crêper le chignon.
Charles De Ketelaere (7) : Il prenait la pose à côté de Meunier il y a six ans, le voilà désormais dans la cour des grands. Mais pas d'inquiétude, entre donner des coups, mener le jeu et cacher ses passes, il sait déjà tout faire. Remplacé par David Okereke (57e) dont l'entrée a coïncidé avec le plongeon brugeois.
Mats Rits (5) : Discrets, malints et combatifts, il a fait une grots première mi-temps avant de craquer comme bon nombre de ses coéquipiets. Pourtant, quand Mbappé s'est pointé, Mats n'a pas hésité à aller au combats. Le goûts du Rits.
Hans Vanaken (6) : D'abord difficile à trouver, le capitaine belge a vite pris le jeu en main. Toujours soyeux, gracieux et énorme dans le contre-pressing, il a encore montré qu'il avait le niveau pour évoluer plus haut.
Eduard Sobol (4) : À la rue sur le premier but, puis incapable d'élever son niveau de jeu, il a finalement vu de loin toutes les bonnes offensives de son équipe. Il fallait penser aux jumelles.
Percy Tau (6) : Du charisme, du talent, un bon déhanché, beaucoup de boulot, et même un vrai talent pour le moon-walk. Percy Jackson.
Emmanuel Dennis (4,5) : Beaucoup d'envie, mais encore plus de dribbles ratés et de conduites de balle sorties de nulle part. Son doublé chanceux contre le Real ne l'a vraisemblablement pas aidé. Remplacé par Loïs Openda (76e), venu pour le décrassage.

Le CUP met fin à son boycott avant la réception de Bruges .
CUP de fin. En conflit avec la direction parisienne depuis plusieurs semaines, le CUP (le principal groupe ultra du PSG) a annoncé la fin du boycott, à la veille de la réception de Bruges en Ligue des champions. « Suite à la réunion constructive avec le club et les garanties qui en ont résulté, nous serons bel et bien présents en tribune face à Bruges. Nos demandes ont été entendues et nous restons vigilants pour la suite », a indiqué le groupe dans un communiqué.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 3
C'est intéressant!