•   
  •   

Sport Sacchi égratigne encore le Paris SG

12:15  09 mars  2018
12:15  09 mars  2018 Source:   sport24.lefigaro.fr

Ligue 1: Montpellier vise la 5e place, PSG-OM dimanche soir

  Ligue 1: Montpellier vise la 5e place, PSG-OM dimanche soir Montpellier, qui voudrait bien chiper aux Nantais leur cinquième place de Ligue 1, se déplace à Strasbourg vendredi soir (20h45), en ouverture d'une 27e journée dont le point d'orgue sera le choc PSG-OM dimanche soir. Pour terminer le week-end en cinquième position, les Montpelliérains doivent s'imposer en Alsace et espérer un faux pas de Nantes contre Amiens samedi soir (20h00). "On est plusieurs à se battre pour acquérir cette place. On va jouer à fond.

Arrigo Sacchi . Dans les colonnes de L’Equipe, ce vendredi, il se montre une nouvelle fois très critique : «J’ai trouvé que c’était très décevant dans l’attitude. Et oui, je le répète encore cette équipe n'a pas voulu jouer.

En France comme à l'étranger. Trés respecté, Arrigo Sacchi , désormais consultant sur la chaîne italienne Mediaset, s'est lui aussi exprimé sur la situation parisienne. Real Madrid. Équipe. Paris Saint-Germain.

sport24 © Panoramic sport24

Retiré des terrains depuis plus de quinze ans, Arrigo Sacchi demeure un observateur attentif du monde du football, notamment comme consultant pour la chaîne italienne Mediaset. Après le match retour perdu par le PSG, mercredi, contre le Real, l’Italien avait déjà noté : «Le Real a affronté un adversaire très faible. Le PSG est un groupe de joueurs, le mot jeu peut paraître abstrait, difficile à décrire, mais il a fait toute la différence. Les idées, ça ne s’achète pas. Le club passe toujours avant tout. Comme l’équipe passe toujours avant les joueurs. Il manque beaucoup de choses à ce PSG. Je pensais voir une équipe ce soir, couteau entre les dents. J’ai juste vu le Real jouer cigarette à la bouche».

Tapie après l'élimination du PSG : «Il n’y a pas de patron à Paris»

  Tapie après l'élimination du PSG : «Il n’y a pas de patron à Paris» L'ancien président de l'OM n'est pas tendre avec le club de la capitale après son élimination en Ligue des champions. © Panoramic sport24 Interrogé sur  CNews mercredi matin à propos de  l’élimination du Paris Saint-Germain en 8e de finale de la Ligue des champions , Bernard Tapie est plutôt indulgent avec les joueurs, moins avec les têtes pensantes parisiennes. « Les joueurs sont des hommes. Là, ils avaient trop de pression, on en avait fait des vainqueurs dès l’été dernier... J’ai connu ça à Bari avec l’OM (ndlr, finale perdue en 1991 contre Belgrade).

Accueil > La Liga Santander > Javier Tebas égratigne encore le PSG ! Depuis l’été dernier et le transfert de Neymar du FC Barcelone au Paris Saint-Germain contre 222 millions d’euros, Javier Tebas, le président de la Ligue de football espagnole, ne lâche pas le club de la capitale.

Vous souhaitez ouvrir un compte, discuter d'un projet, découvrir notre offre ou encore nous faire part d’une réclamation ? Du lundi au vendredi de 9h à 18h. Contactez directement un conseiller au.

Dans les colonnes de L’Equipe, ce vendredi, il se montre une nouvelle fois très critique : «J’ai trouvé que c’était très décevant dans l’attitude. J’en attendais beaucoup plus dans l’agressivité, dans l’intensité. Je ne sais pas ce qui s’est passé dans leur tête. Ce que je peux dire, c’est que j’ai toujours considéré Emery comme un très bon entraîneur. La question est : est-ce qu’ils(les joueurs) le suivent ?(…) C’est comme le scénario d’un film. Quand le scénario est mauvais, de grands acteurs ne suffisent pas à faire un bon film. Donc un entraîneur doit être suivi par son équipe.»

Il en profite pour tacler Marco Verratti : «Je l’ai vu grandir depuis les mois de 17 ans jusqu’aux Espoirs et quand je vois son attitude l’autre soir… Non, à certains niveaux, on ne peut pas se comporter de telle façon. Et, s’il le fait, c’est qu’il y a un problème.»Et de rappeler : «Le club est la partie la plus importante du chantier. Parce que tout part du club, de son histoire, de sa vision, de ses règles et de son leadership. Le club vient avant l’équipe et l’équipe vient avant chaque individu. La sensation que j’ai, c’est que cette hiérarchie de valeurs est inversée au PSG(…) le PSG dépense beaucoup mais cela ne peut pas suffire. Les Parisiens n’ont pas une énorme histoire européenne. Alors, s’ils veulent vraiment gagner, il faut des idées, et des idées claires.»

Et pour lui, Neymar «aussi fort soit-il, n’est pas un projet. Neymar, ce n’est pas un projet !(…) Le jour où, avec ce qu’ils dépensent, les Parisiens auront aussi une organisation qui part du club, ils avanceront(…) Le plus important pour gagner, c’est le club, sa vision, sa compétence, avec ses règles et ses choix. Ensuite seulement vient l’équipe…»

Matuidi égratigne le PSG .
Impressionné par son environnement à la Juventus Turin, Blaise Matudi avoue avoir découvert le goût du travail en Italie. © Reuters Blaise Matuidi Pièce maîtresse du milieu de terrain parisien durant six saisons, Blaise Matuidi avait fait le tour de la question au PSG. Après avoir été retenu de justesse par Nasser Al-Khelaïfi un an plus tôt, l’international français a donc décidé, l’été dernier, de franchir le pas en rejoignant la Juventus Turin, bien décidé à découvrir de nouvelles choses.Et à l’en croire, l’ancien Stéphanois a été servi.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!