•   
  •   

Sport La Bavière veut durcir les règles sur les investissements chinois

10:24  13 mars  2018
10:24  13 mars  2018 Source:   fr.reuters.com

Veolia tente une conciliation au Gabon, avant un arbitrage

  Veolia tente une conciliation au Gabon, avant un arbitrage La filiale locale a été expropriée par les autorités ...Veolia a saisi le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements de Washington d'une demande de conciliation, après l'expropriation le 16 février de sa filiale gabonaise Société d'Energie et d'Eau du Gabon. Le groupe français a indiqué ce matin dans un communiqué de presse que la demande a été déposée le 8 mars, "en réponse à son expropriation en violation des règles élémentaires du droit international et des principes reconnus par la communauté des nations".

La Bavière , où se trouvent les sièges de nombreux grands groupes industriels allemands comme BMW ou Siemens, va proposer de durcir les règles sur les projets d' investissements étrangers, notamment chinois , dans des entreprises allemandes. /

Pour les articles homonymes, voir Bayern (homonymie). La Bavière (en allemand : Bayern), officiellement appelée État libre de Bavière (Freistaat Bayern), est située dans le Sud-Est de l'Allemagne et est un des seize länder allemands. Sa capitale est Munich.

La Bavière, où se trouvent les sièges de nombreux grands groupes industriels allemands comme BMW ou Siemens, va proposer de durcir les règles sur les projets d'investissements étrangers, notamment chinois, dans des entreprises allemandes, rapporte le journal régional Augsburger Allgemeine.

La Bavière va soumettre une proposition de loi en ce sens au Bundesrat, la chambre haute du parlement fédéral allemand où sont représentées les régions.

Ce texte vise à abaisser de 25% à 10% du capital le seuil à partir duquel les autorités peuvent se saisir d'un projet d'investissement étranger dans une entreprise allemande.

LEAD 1-Trump signe un décret interdisant le rachat de Qualcomm par Broadcom

  LEAD 1-Trump signe un décret interdisant le rachat de Qualcomm par Broadcom Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a signé lundi un décret interdisant le projet de rachat du fabricant américain de semi-conducteurs Qualcomm par son concurrent Broadcom, basé à Singapour, pour des motifs de sécurité nationale. Qualcomm a rejeté l'offre à 117 milliards de dollars (95 milliards d'euros) de Broadcom, objet d'une enquête par le Comité des investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS), qui examine les investissements susceptibles d'avoir des implications en termes de sécurité nationale.

Le chef de l'État souhaite en effet durcir les règles encadrant le statut des travailleurs détachés, en imposant davantage de garde-fous. ● Quelles sont les revendications françaises? Selon un document révélé par Le Monde en juin dernier, la France veut limiter les détachements «à 12 mois

Cette fois, c'est la ministre allemande de l'Economie, la sociale-démocrate Brigitte Zypries, qui envisage de durcir les règles sur les investissements étrangers, dans une interview à l'hebdomadaire Der Spiegel.

LA BAVIÈRE VEUT DURCIR LES RÈGLES SUR LES INVESTISSEMENTS CHINOIS © REUTERS/Fabrizio Bensch LA BAVIÈRE VEUT DURCIR LES RÈGLES SUR LES INVESTISSEMENTS CHINOIS

D'après l'Augsburger Allgemeine, les autorités bavaroises ont décidé d'agir après avoir pris connaissance du projet du chinois State Grid Corporation of China de prendre une participation de 20% dans l'exploitant allemand de réseaux électriques 50Hertz.

En février, Daimler a annoncé que le président et principal actionnaire du groupe automobile chinois Geely, Li Shufu, s'était constitué une participation de près de 10% à son capital. D'après le magazine Der Spiegel, Geely s'est aussi intéressé à BMW avant de choisir Daimler.

La multiplication des investissements chinois dans les entreprises allemandes ces dernières années suscite une certaine inquiétude en Allemagne, notamment dans les rangs des conservateurs, qui dirigent la Bavière.

UE: Projet de règles plus strictes pour les nouveaux prêts à risque

  UE: Projet de règles plus strictes pour les nouveaux prêts à risque Les banques de l'Union européenne devront augmenter leur matelas de fonds propres pour couvrir leurs nouveaux prêts à risque une fois la proposition de gestion prudentielle des créances douteuses de la Commission européenne adoptée, montre un document auquel Reuters a eu accès. Selon le projet de la Commission, qui sera rendu public mercredi, ces nouvelles règles s'appliqueront aux prêts consentis à compter de la date d'adoption du texte.

Les investissements directs réalisés par des Chinois à l'étranger cette année, hors finances, ont battu un nouveau record. Le dernier bilan fait état de trois morts (deux militaires et un civil) et cinq blessés. L'attaque aurait été perpétrée par un kamikaze qui voulait entrer dans le camp du G5 Sahel, a

Finalement, les autorités australiennes ont confirmé qu’ils s’intéressaient aux investissements chinois , mais ils ont fait savoir qu’ils allaient durcir la procédure d’approbation des ventes.

Allié de la chancelière Angela Merkel, le ministre-président de la Bavière, Horst Seehofer, doit quitter ces fonctions mercredi pour entrer au gouvernement fédéral au poste de ministre de l'Intérieur.

Membre de la CSU de Horst Seehofer et président du groupe du Parti populaire au Parlement européen, Manfred Weber a déclaré à l'Augsburger Allgemeine que l'Europe devait protéger plus énergiquement ses intérêts économiques stratégiques face aux appétits chinois.

"Nous devons être plus cohérents. La Chine est active depuis un moment sur le plan stratégique en Europe, en achetant ou en prenant des parts dans des entreprises au Portugal, en Grèce, dans les Balkans occidentaux, mais aussi en Allemagne", a-t-il dit.

(Thomas Escritt; Bertrand Boucey pour le service français)

LEAD 1-L'UE veut durcir l'encadrement des réseaux sociaux .
L'Union européenne réfléchit à un durcissement de l'encadrement légal des réseaux sociaux et des fournisseurs de messagerie comme Facebook ou Gmail , montre un document que Reuters a pu consulter. Cette volonté s'exprime alors que Facebook est l'objet de vives critiques après les révélations sur le siphonnage, en 2014, des données relatives à 50 millions d'abonnés du réseau social par le cabinet londonien de marketing politique Cambridge Analytica, qui a travaillé avec l'équipe de campagne de Donald Trump.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!