•   
  •   

Sport Budget JO-2024: Flessel prendra "les décisions qui s'imposent"

20:40  14 mars  2018
20:40  14 mars  2018 Source:   afp.com

JO: Tony Estanguet, président de Paris-2024, percevra 270.000 euros bruts par an

  JO: Tony Estanguet, président de Paris-2024, percevra 270.000 euros bruts par an Le président du Comité d'organisation des Jeux olympiques (Cojo) de Paris-2024 Tony Estanguet percevra une rémunération annuelle de 270.000 euros bruts jusqu'en 2020, a annoncé vendredi le Comité au terme de son premier conseil d'administration.Le directeur général Etienne Thobois percevra lui 260.000 euros bruts. Ces salaires pourront évoluer après 2020 dans une limite de 20%, en fonction de certains critères de performance. Ils ont été validés par le conseil d'administration qui a suivi en ce sens les recommandations du comité des rémunérations présidé par l'ancien patron de la poste Jean-Paul Bailly.

Budget JO - 2024 : Flessel prendra " les décisions qui s ' imposent ". Les températures demeurent à un niveau élevé, obligeant les personnes fragiles et ceux qui travaillent à l’extérieur à prendre leurs précautions.

Ligue 1: Mbappé se réveille, le PSG écarte Angers Budget JO - 2024 : Flessel prendra « les décisions qui s ’ imposent » Mondiaux et Jeux : quand la géopolitique s’invite dans le sport Six Nations: cinq changements dans le XV écossais contre l’Italie Six Nations: Guirado toujours incertain

Les anneaux olympiques à Paris, le 14 septembre 2017 après le choix de la capitale française comme ville hôte des JO-2024 © Fournis par AFP Les anneaux olympiques à Paris, le 14 septembre 2017 après le choix de la capitale française comme ville hôte des JO-2024

La ministre des Sports Laura Flessel a assuré mercredi à l'Assemblée qu'elle prendra "les décisions qui s'imposent" après qu'un rapport d'experts a pointé des risques de délais non tenus et de surcoûts pour les sites des Jeux olympiques de Paris 2024.

"Je saurai prendre les décisions qui s'imposent pour concilier héritage et maîtrise des coûts après m'être entretenue avec les élus locaux et les acteurs concernés", a déclaré la ministre devant les députés.

Non, Estanguet ne se gave pas sur le dos de Paris 2024

  Non, Estanguet ne se gave pas sur le dos de Paris 2024 C’est dans une volonté de complète transparence que Paris 2024 a dévoilé les salaires de ses patrons, Tony Estanguet en tête. De là à penser que celui-ci, contrairement à ce qu’avait prétendu le Canard Enchaîné, sera un patron sous-payé des JO… A l’automne dernier, Le Canard Enchaîné affirmait que Tony Estanguet serait rémunéré pour son rôle de patron de Paris 2024 à hauteur de 450 000 € annuels. Un chiffre qui, bien qu’aussitôt démenti par le futur Comité d’organisation (COJO), avait forcément pu choquer, dans la mesure où l’Etat doit investir un milliard d’euros sur les 6,6 milliards d’€ du budget total de ces JO 2024.

Le projet Paris 2024 s'appuie sur 95 % de sites déjà existants ou temporaires pour un budget annoncé de 6,6 milliards d'euros[5]. Les seules réalisations nécessaires sont le stade aquatique qui doit être ↑ La double attribution des JO 2024 et 2028 votée par les membres du CIO, L’Équipe.fr, 11 juillet 2017.

Paris - La ministre des Sports Laura Flessel a assuré mercredi à l'Assemblée qu'elle prendra " les décisions qui s ' imposent " après qu'un rapport d'experts a pointé des risques de délais non tenus et de surcoûts pour les sites des Jeux olympiques de Paris 2024 . Lire l'article.

Dans un rapport intermédiaire, les experts de l'Inspection générale des finances (IGF), des Sports (Igjs) et de l'Environnement (Cgedd) évoquent "de réels risques à la fois de non réalisation dans les délais de certains équipements mais aussi de surcoûts importants".

Et d'ajouter que des "arbitrages difficiles" sont nécessaires, qui pourraient remettre en cause "des engagements formels pris avec certaines communes".

"Nous sommes conscients que des dérives ont pu dans le passé abîmer l'image des Jeux. Nous nous donnons tous les gardes-fous nécessaires pour respecter nos engagements vis-à-vis du CIO et surtout vis-à-vis des Français", a ajouté la ministre et ancienne médaillée olympique.

Laura Flessel s'exprimait devant les députés à l'occasion de la nouvelle lecture du projet de loi olympique Paris-2024, qui transcrit les engagements pris par la ville de Paris à l'égard du CIO, lequel finance les Jeux à hauteur de 1,4 milliard d'euros, un peu plus du tiers du budget du comité d'organisation.

JO-2024: un rapport alerte sur des risques de "surcoûts importants"

  JO-2024: un rapport alerte sur des risques de Un rapport d'experts commandé par le gouvernement alerte sur des risques de "surcoûts importants" dans la construction des sites pour les Jeux olympiques de Paris-2024, a-t-on appris de source proche du dossier mercredi, confirmant une information du Parisien. Le document, une "note d'alerte" qui doit précéder un rapport définitif, évoque de "réels risques à la fois de non-réalisation dans les délais de certains équipements mais aussi de surcoûts importants", révèle le quotidien, ce qu'a confirmé la source à l'AFP.

"Je saurai prendre les décisions qui s ' imposent pour concilier héritage et maîtrise des coûts après m'être entretenue avec les élus locaux et les acteurs concernés" JO - 2024 : un rapport alerte sur des risques de "surcoûts importants". Budget JO - 2024 : Flessel prendra " les décisions qui s ' imposent ".

Qui paye pour l’organisation des Jeux Olympiques ? Sur un budget total de 6 milliards 600 millions d’euros, l’État et les collectivités territoriales apportent 1 milliard 500 millions. Objectif JO 2024 . Une exposition sur les Jeux d'été de 1924 à l'Hôtel de Ville.

JO : les sites prévus à Paris: Principaux sites prévus pour les jeux Olympiques à Paris. © Fournis par AFP Principaux sites prévus pour les jeux Olympiques à Paris.

Le texte a été approuvé définitivement par l'Assemblée avec le soutien de tous les groupes sauf La France Insoumise, qui a dénoncé "le capitalisme triomphant" et affirmé que les JO auront un impact négatif "tant sur le plan environnemental que économique".

Le projet de loi sera définitivement adopté après un ultime vote du Sénat jeudi.

Deux points ont concentré les débats à l'Assemblée: d'une part, la possibilité de pavoiser d'emblèmes olympiques, dès le vote de la loi et jusque 2024, les monuments historiques ou sites classés. Et d'autre part, durant trois mois autour des compétitions, l'affichage des sponsors du CIO et des J0-2024 sera exceptionnellement autorisé sur les monuments historiques ou sites classés accueillant des compétitions, et dans un périmètre de 500 mètres autour des lieux.

Laura Flessel, qui a déclaré qu'elle n'était "pas la ministre des Jeux", a souligné qu'en 2019, elle proposerait au Parlement une "grande loi sur le sport et la société" pour le "développement de la pratique sportive, la démocratie sportive et l'éthique du sport".

Toronto et Houston imposent leur loi .
par Fabien Chorlet (iDalgo)

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!