•   
  •   

Sport Que reste-t-il du projet de Marseille ?

09:40  05 février  2021
09:40  05 février  2021 Source:   sofoot.com

Coronavirus à Marseille : « La ville risque de manquer de vaccins », s’alarme Benoît Payan

  Coronavirus à Marseille : « La ville risque de manquer de vaccins », s’alarme Benoît Payan Le maire de Marseille Benoît Payan estime que le gouvernement devrait livrer « quatre fois plus de doses » pour vacciner les plus de 75 ans contre le Covid-19 © AFP Le maire socialiste de Marseille Benoît Payan EPIDEMIE - Le maire de Marseille Benoît Payan estime que le gouvernement devrait livrer « quatre fois plus de doses » pour vacciner les plu Le discours a changé.

Des salariés d'EDF manifestent contre le projet «Hercule», à Marseille le 19 septembre 2019 (illustration). Après une campagne de communication et une lettre au Premier ministre de 83 députés contre le projet de réorganisation de l ’électricien, élus et agents EDF ont manifesté devant l ’Assemblée «On a obtenu l 'audition de ministres, on demande aussi celle de l 'intersyndicale. Tous les élus sont d'accord pour qu'on ne démantèle pas EDF. Hercule est un projet du siècle dernier», a-t-elle ajouté derrière une banderole proclamant «Non au projet Hercule, l 'énergie est un bien commun».

Discussion Projet :Bouches-du-Rhône/Archives Marseille . Une page de Wikipédia, l 'encyclopédie libre. 35 changement du nom de l 'Ecole du Journalisme et de Communication de Marseille (EJCM) en L 'école de Journalisme et de communication d'Aix Marseille (EJCAM). 36 Ratonnades de 1973. 37 Les articles Manufacture des tabacs de Marseille et Friche de la Belle de Mai sont proposés à la fusion.

  Que reste-t-il du projet de Marseille ? © Fournis par Sofoot

En un an, l’OM est passé de vice-champion de France anticipé euphorique de ses retrouvailles programmées avec la Ligue des champions à club au bord de l’implosion, avec un entraîneur démissionnaire et un président dont tout le monde veut la tête. À deux jours de son troisième Classique de la saison, le club phocéen est embourbé dans une crise qui marque encore un peu plus l’échec du projet porté par Frank McCourt et Jacques-Henri Eyraud, arrivés à la tête du club il y a bientôt cinq ans.

L’Olympique de Marseille est un club qui ne fait vraiment rien comme tout le monde. Même quand il s'agit de se péter la gueule, c’est toujours fait avec un panache, un fracas et un sens de la théâtralité très phocéen. La tête dans le guidon sportivement depuis plusieurs semaines, incapable de recoller à un quatuor de tête qui lui met 12 points dans la vue, l’OM s’est enfoncé dans sa crise en y ajoutant une petite couche institutionnelle cette semaine. En points d’orgue, le départ porte claquée d’André Villas-Boas pour une sombre histoire de désaccord concernant le mercato et les déclarations maladroites, voire incendiaires de son président sont venus jeter un bidon d’huile sur le feu déjà nourri. Cinq ans après l’arrivée du tandem McCourt-Eyraud à la tête du club, on a rarement autant eu l’impression que l’OM ne savait pas du tout où il allait, perdu dans un projet où des appellations américanisantes floues ont été l’arbre qui a caché la forêt d’un manque de savoir-faire alarmant dans la gestion d’un club de foot. Ou plutôt d’un club de foot comme l’OM.

Coronavirus à Marseille : « Une nouvelle ligne de métro, ce n'est pas la priorité », affirme Martine Vassal

  Coronavirus à Marseille : « Une nouvelle ligne de métro, ce n'est pas la priorité », affirme Martine Vassal Les modes de transport ont été transformés par le Covid-19, et les réseaux urbains doivent s’adapter. La présidente LR de la métropole d’Aix-Marseille revient sur cette année exceptionnelle et les projets à venir © Philippe Magoni/ Sipa Martine Vassal, présidente de la métropole d'Aix-Marseille INTERVIEW - Les modes de transport ont été transformés par le Covid-19, et les réseaux urbains doivent s’adapter.

Alors que l’Olympique de Marseille (OM) est en pleine crise, le maire de la ville, Benoît Payan, a fait part, mercredi 3 février, de son souhait de vendre le Stade-Vélodrome. Lors d’un échange avec des internautes, l’édile a souligné le coût élevé que représente le stade pour la commune alors même que Je veux le vendre parce que c’est une gabegie financière », a- t - il ainsi expliqué, rappelant qu’il s’était déjà exprimé en ce sens lorsqu’il était dans l’opposition. Fin septembre, il a repris les rênes de la ville, à la tête de la coalition de gauche du Printemps marseillais, après la démission de l’écologiste

Pour info, il ne reste que trois communes à illustrer dans le département. N’hésitez pas à y faire un tour cet été, notamment dans le cadre du Projet :Été des villes et villages français Wikipédia ! Je chercher le dernier premier adjoint de Vigouroux à la mairie de Marseille , pour compléter la ligne "prédécesseur" de Renaud Muselier quand il a occupé ce poste. Merci. Maxam1392 (discuter) 19 avril 2017 à 23:37 (CEST).

Père Noël sous amphétamines et vaines promesses

Revenons en arrière, donc. Octobre 2016, après des semaines de négociations en coulisses, l’Olympique de Marseille est racheté à Margarita Louis-Dreyfus par le ticket Frank McCourt-Jacques-Henri Eyraud. Le premier est là pour vendre le rêve américain au peuple marseillais, lâcher de la thune et accessoirement avoir un œil un peu plus rapproché sur les secteurs équestre et immobilier français ; l’autre est là pour rendre ce rêve réalisable de présider un club en grand besoin d’un vent nouveau. Le soleil brille sur la planète Mars, le moral est au beau fixe, les choses vont enfin changer à l’OM. « Ce rachat en 2016, on le vit comme un rêve », ose même Guillaume, fervent supporter du club. Il faut dire que McCourt et Eyraud ont débarqué à l’OM avec l’énergie d’un Père Noël sous amphétamines, empilant les promesses comme autant de cadeaux sous un sapin qui faisait grise mine depuis plusieurs années. La première est financière : 200 millions d’euros injectés sur le mercato pour bâtir une équipe compétitive, et un assainissement des finances par ailleurs. La seconde est sportive, elle vient directement de McCourt avec une formule qui marque : « Mon but n°1, c'est d'être dans le top 3 de la Ligue 1 tous les ans. Le but n°2 est de gagner le championnat plus souvent qu'on ne le perd. Le but n°3, c'est de gagner la Ligue des champions. » La troisième promesse, enfin, est identitaire : « Notre plan, c’est aussi la mise en valeur des racines, développait Eyraud dans les colonnes du SO FOOT #140, en octobre 2016. On est à fond avec Frank sur la notion de "OM Way". Notre défi principal, ça va être de le trouver et de l’affiner. (...) On va bâtir ce club dans le respect de la tradition marseillaise. »

Marseille : «On aime ce club, mais pas au point de faire des violences ou des dégradations»

  Marseille : «On aime ce club, mais pas au point de faire des violences ou des dégradations» Quatorze personnes comparaissaient lundi à Marseille après les violences survenues samedi à la Commanderie, le centre d'entraînement de l'OM. Huit d'entre eux resteront en détention jusqu'à l'examen du dossier sur le fond, renvoyé au 24 février. Le dispositif policier avait été musclé au cas où. Mais finalement personne n’est venu manifester devant le tribunal correctionnel de Marseille, où quatorze prévenus étaient présentés lundi après-midi en comparution immédiate après les scènes de violences survenues samedi à la Commanderie, le centre d’entraînement de l’OM.

OM: Payan, le maire de Marseille , veut absolument vendre le Vélodrome. Il y a beaucoup trop de sexisme à l 'Assemblée nationale", a-t-elle affirmé auprès de l 'AFP. «C'est plus positif et plus offensif»: François de Rugy défend l 'intitulé du projet de loi confortant les principes républicains.

Sa mère l 'appelait, la bousculait. Pendant que l 'enfant mangeait sans appétit, la tête lourde et la bouche lente, ses trois petits frères faisaient cercle autour d'elle, avec un respect silencieux. Et quand elle eut fini, on lui remit son beau tablier des dimanches, couleur verte d'eau, avec des manches bouffantes. Henriette partit. Elle avait à marcher une heure. Elle serrait de la main gauche le manche du parapluie, ample comme une tente, et, de l 'autre bras raidi, elle portait bien droit, pour ne rien renverser, un panier à couvercle avec son repas de midi.

OM : la faute à...

Vidéo: Les dirigeants face aux mauvaises nouvelles : le MUM effect [Isabelle Barth] (Dailymotion)

Les dirigeants pensaient pouvoir réaliser leurs objectifs, mais n’en avaient pas la certitude. À Marseille, tu dois avoir des certitudes. Guillaume, supporter de l'OM

L’OM « Champions project », en écho au projet Dortmund de Vincent Labrune, était donc né. Et pas besoin d’attendre les images de la Commanderie saccagée pour comprendre que sa vie fut courte : en 2019, Jacques-Henri Eyraud actait son décès à demi-mot, regrettant que ce titre « n'ait pas été utilisé pour ce qu'il était : la traduction d'une ambition, avec des mots anglo-saxons, ni plus, ni moins. » Une ambition qui ne s’est malheureusement pas traduite sur le terrain. La promesse sportive n’est pas tenue : malgré une finale de Ligue Europa en 2017-2018, Marseille manque de se qualifier en Ligue des champions trois années de suite, ce qui a constitué un gros manque à gagner pour un club qui, parallèlement, a dépensé des sommes folles sur le marché des transferts pour des joueurs à côté de la plaque (Mitroglou, Strootman, Germain, Radonjić, Rami, Balotelli, Benedetto, dans une moindre mesure Payet ont tous coûté très cher en indemnité ou en salaire). Autant de choix qui ont plombé les finances du club, qui compte toujours l’un des plus gros déficits de Ligue 1, sans lui permettre d’atteindre ses objectifs sportifs. « Ça a été une erreur d’annoncer trop tôt ce que voulaient les dirigeants marseillais, estime toujours Guillaume. À Marseille, ça ne rentre pas par une oreille pour ressortir par l’autre, on te ressortira ce que t’as dit. » La preuve en un souvenir : le « Project » copieusement moqué par une avalanche de banderoles déployées au Vélodrome un soir de Marseille-Lyon, en mai 2019. Sur quatre saisons du « Projet », cet OM qui voulait faire top 3 tous les ans et gagner plus de championnats qu’il n’en perdait ne compte qu’une petite qualif’ en C1, et a terminé en moyenne à 20 points d’un PSG qu’il se voyait pourtant bien concurrencer. Guillaume poursuit : « Ils pensaient pouvoir réaliser leurs objectifs, mais n’en avaient pas la certitude. À Marseille, tu dois avoir des certitudes. » En visant très vite très haut, le projet Marseille a créé des attentes impossibles à décevoir, sous peine de soulèvement populaire. Symbole de tout ça : le fameux « grand attaquant » attendu, qui aura tantôt été Kostas Mitroglou, Valère Germain, Mario Balotelli, Dario Benedetto et désormais Arkadiusz Milik. En cinq ans, c’est maigre. « Ce qui est dommage, c’est d’avoir raté le retour en Ligue des champions si lamentablement, en étant ridicule, sanctionne Rolland Courbis. Personne ne peut être fier de cette équipe, qu’on ne voit pas progresser, ni individuellement ni collectivement. »

Marseille : La mairie trouve un nouvel accord avec les syndicats sur la grève dans les écoles

  Marseille : La mairie trouve un nouvel accord avec les syndicats sur la grève dans les écoles Il devrait être soumis au vote lors du prochain conseil municipal, lundi © C. Delabroy / 20 Minutes Des parents se mettent aux aussi en grève de cantine à Marseille, à l'école Leverrier SERVICE PUBLIC - Il devrait être soumis au vote lors du pro Cette fois-ci, c’est sans doute la bonne. Un accord visant à limiter les grèves dans les cantines scolaires à Marseille devrait être soumis au vote du prochain conseil municipal, le 8 février prochain, de source syndicale.

Le quotidien estime que cette décision pourrait constituer un précédent dans d’autres procédures en Europe. C. Le 1er janvier 2016, la Chine abandonne officiellement la politique selon laquelle chaque famille ne pouvait avoir qu’un enfant. La mise en place en 1979 de cette politique, trois ans après la Les dernières données disponibles de la Commission nationale consultative des droits de l ’homme (2013) font état d’un niveau de violence à caractère raciste sur l ’île globalement comparable à celui des autres régions françaises – il est même parfois nettement inférieur. F. A la Fédération des promoteurs

Mes lectures à la poursuite de Robert-Louis STEVENSON m'ont conduit à l 'écriture d'un album-concept "SUR LES PAS DE ROBERT LOUIS STEVENSON". Robert Louis

Cauchemar américain

Surtout, la fracture entre le cœur de ce club, ses supporters, et le projet porté par ses dirigeants s’est fait au niveau identitaire : ce fameux « OM Way », cette façon de faire, de jouer, de former, de produire marseillaise, ils ne l’ont jamais trouvée. La technocratisation de la communication opérée par Eyraud, les PowerPoint comme pour présenter le business plan d’une start-up de tech à l'américaine, sa chasse aux « 99% » de collaborateurs marseillais au club ou sa relation quasiment inexistante avec les supporters a petit à petit érodé l’ADN très populaire de ce club. Dans un autre registre primordial, la formation, le projet de se lier avec les clubs de la région pour créer une passerelle vers la formation de l’OM pour les jeunes (le « OM Next Generation », décidément les anglicismes...) était une idée brillante sur le papier, mais un feu de paille dans les faits, avec certains clubs très réputés qui ont fini par claquer la porte, même s’il est encore tôt pour être définitif sur les résultats d’une telle politique. Sur les jeunes toujours, à part Boubacar Kamara, aucun n’a vraiment fait son trou en équipe première, alors même que Jacques-Henri Eyraud ambitionnait, toujours dans nos colonnes en 2016, que « l’objectif sera d’avoir "notre Steven Gerrard à nous". Quand vous parlez à des Marseillais, vous vous rendez compte qu’ils veulent voir dans cette équipe des jeunes Marseillais qui ont démarré dans un club de quartier des environs et monté l’échelle petit à petit. »

Marseille : La préfète de police entend « continuer à pilonner les réseaux de trafic de stupéfiants »

  Marseille : La préfète de police entend « continuer à pilonner les réseaux de trafic de stupéfiants » En 2020, les services de police et gendarmerie ont démantelé 100 réseaux de stupéfiants dans les Bouches-du-Rhône © Lionel Urman/SIPA Les quartiers nord de Marseille (photo d'illustration) LUTTE CONTRE LA DROGUE - En 2020, les services de police et gendarmerie ont démantelé 100 réseaux de stupéfi Le confinement, pas plus que les différentes mesures restrictives pour lutter contre le coronavirus, n’a perturbé le trafic de stupéfiants à Marseille.

« Une victoire contre Paris dimanche, ça peut déjà changer beaucoup de choses. »Rolland Courbis

Sa vision, à ce niveau comme à d’autres, ne s’est pas réalisée. Du projet marseillais porté par McCourt et Eyraud, il reste aujourd'hui un édifice aux fondations branlantes, bardé de fissures, et qui ne tient que sur l’espoir à peu près immortel que Marseille retrouvera toujours sa grandeur tôt ou tard. Un espoir qui repose aujourd'hui quasiment exclusivement sur les épaules de Pablo Longoria, qui a commencé à effectuer un très grand ménage là où McCourt et Eyraud avaient sans doute le plus raté : l’effectif. Celui qui est en première ligne pour rapporter des résultats, des revenus et de la fierté, là où tout le reste est souvent accessoire. « Il faut rapidement retrouver sérénité et confiance, mais je préfère attendre le Classique avant de trop me prononcer, lâche Courbis. Une victoire dimanche, ça peut déjà changer beaucoup de choses. » Beaucoup sans doute pas, mais au moins assez pour offrir un court sursis à tout ce beau monde.

Municipales 2020 à Marseille : Le scandale des procurations se rejoue au tribunal .
Le rapporteur public tend vers le rejet des recours examinés ce vendredi visant à faire annuler les élections municipales dans les 11e et 12e arrondissements de Marseille, touchés par un scandale autour de procurations douteuses © CLEMENT MAHOUDEAU / AFP Une urne, lors des municipales à Marseille.

usr: 0
C'est intéressant!