•   
  •   

Sport Bolloré règle l'affaire de corruption au Togo

14:23  27 février  2021
14:23  27 février  2021 Source:   vox.com

Europe 1 et Bolloré : repensons la propriété des médias

  Europe 1 et Bolloré : repensons la propriété des médias Alors que la probable cession de la radio privée au milliardaire ne présente aucune garantie d’indépendance éditoriale, le tout à l’approche de la présidentielle de 2022, il devient urgent de faire évoluer le contrôle des médias.Rappelons-nous que lors de la reprise en main en 2016 de la chaîne de télévision i-Télé par Vincent Bolloré, principal actionnaire de Vivendi, déjà contrôlé par la famille Bolloré, un conflit particulièrement violent opposa un actionnaire intransigeant et interventionniste à une rédaction désemparée par ses choix éditoriaux.

Le groupe français

Le groupe industriel français Bolloré est parvenu vendredi à un règlement sur une affaire de corruption vieille de dix ans au Togo, ont indiqué les procureurs, mais un accord de plaidoyer distinct avec trois dirigeants de l'entreprise a été rejeté par un juge.

a large truck: Bollore admitted it used corruption to win a Lome port contract © Issouf SANOGO Bolloré a admis avoir utilisé la corruption pour remporter un contrat avec le port de Lomé

La société a accepté de payer 12 millions d'euros (14,5 millions de dollars) dans le cadre de l'accord avec les procureurs de la criminalité financière qui a été accepté par un tribunal de Paris vendredi.

L'affaire remonte à plus d'une décennie, lorsque Bolloré, un conglomérat de transport, d'énergie et de logistique, aurait sous-facturé le gouvernement togolais pour des travaux de conseil en échange d'un contrat de gestion du port de Lomé entre 2009 et 2011.

Corruption au Togo : Bolloré plaide coupable mais ne devrait pas éviter la correctionnelle

  Corruption au Togo : Bolloré plaide coupable mais ne devrait pas éviter la correctionnelle Une juge du tribunal du tribunal judiciaire de Paris a jugé vendredi «nécessaire» un procès pour des faits notamment de corruption au Togo reprochés au tycoon milliardaire Vincent Bolloré.Vincent Bolloré, Gilles Alix, directeur général du groupe Bolloré et Jean-Philippe Dorent, directeur international de l’agence Havas, filiale de Bolloré, avaient pourtant accepté une sorte de plaider-coupable à la française dans ce dossier. Soit une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) et le paiement d’une amende de 375 000 euros.

Il a également utilisé une stratégie similaire avec le gouvernement guinéen pour reprendre la gestion du port de Conakry.

L'affaire a déclenché une enquête pour corruption d'agents étrangers, abus de confiance et complicité d'abus de confiance. Le président de

, Vincent Bolloré, un magnat milliardaire, et deux autres dirigeants de la société, Gilles Alix et Jean-Philippe Dorent, avaient négocié un accord de plaidoyer séparé avec les procureurs pour que les poursuites à leur encontre personnellement abandonnées dans l'affaire, en échange d'une amende de 375000 euros (455 000 $) et une reconnaissance de culpabilité.

Vincent Bollore wearing a suit and tie: Vincent Bollore's deal was rejected by a Paris judge © ERIC PIERMONT L'accord de Vincent Bolloré a été rejeté par un juge parisien

Mais bien que Bolloré et les deux autres aient admis des actes répréhensibles devant le tribunal vendredi, le président du tribunal a rejeté leur partie de l'accord, affirmant que les allégations de corruption à leur encontre étaient trop graves pour être autorisées s'en aller.

Les amendes "suggérées par le procureur et acceptées par les trois accusés" étaient trop clémentes, a déclaré le juge, étant donné que leurs actions avaient "gravement porté atteinte à l'ordre public économique" ainsi qu'à la souveraineté du Togo.

Au lieu de cela, le juge a recommandé que les trois personnes soient jugées sous des accusations criminelles.

La décision de la tenue effective d'un tel procès appartient désormais au juge d'instruction.

mk-gd / jh / dl

Navalny vs Poutine : le vent tourne-t-il pour le chef du Kremlin ? .
OPINION. L’arrivée d’une nouvelle administration à Washington et les manifestations à Moscou pour réclamer la libération d’Alexeï Navalny peuvent-elles déstabiliser l’homme fort de Moscou ? Par Nicolas Tenzer, Sciences Po (*)Cette affaire fut peut-être, plus exactement, la goutte de thé qui a fait monter la sonorité de l'indignation verbale après une multitude d'autres actes, avec le risque paradoxal qu'elle devienne l'arbre portant son ombre sur la forêt - celle de la nature criminelle du régime lui-même.

usr: 2
C'est intéressant!