•   
  •   

Sport Le Kushti ou la lutte pour se divertir des Pakistanais à Dubaï

10:20  17 avril  2018
10:20  17 avril  2018 Source:   afp.com

Dubaï investit des milliards dans son immobilier pour l’Expo universelle

  Dubaï investit des milliards dans son immobilier pour l’Expo universelle EN IMAGES - Pour cet événement qui débutera en octobre 2020, l’émirat attend jusqu’à 300.000 visiteurs. Et investit actuellement sans compter dans les infrastructures et l’immobilier pour doper son économie. © shutterlk La valeur des projets liés à l’Exposition universelle à Dubaï aurait atteint 42,5 milliards de dollars en mars (soit 34,6 milliards d’euros). Dubaï investit des dizaines de milliards de dollars dans des projets d’infrastructure et d’hôtellerie liés à l’Exposition universelle 2020, a indiqué BNC Network, un institut de recherches privé basé à Dubaï, dans un rapport publié dimanche.

Chaque vendredi soir, dans le quartier animé de Deira à Dubaï , un terrain sablonneux se transforme en ring pour une compétition de lutte traditionnelle Kushti . Alors que le soleil s'enfonce sous les palmiers, Kala Pehlwan se prépare au combat.

Chaque vendredi soir, dans le quartier animé de Deira à Dubaï , un terrain sablonneux se transforme en ring pour une compétition de lutte traditionnelle Kushti . Alors que le soleil s’enfonce sous les palmiers, Kala Pehlwan se prépare au combat.

Des immigrés pakistanais s'affrontent lors d'un combat de Kushti, lutte traditionnelle pratiquée dans leur pays, le 16 mars 2018 à Dubaï © Fournis par AFP Des immigrés pakistanais s'affrontent lors d'un combat de Kushti, lutte traditionnelle pratiquée dans leur pays, le 16 mars 2018 à Dubaï

Chaque vendredi soir, dans le quartier animé de Deira à Dubaï, un terrain sablonneux se transforme en ring pour une compétition de lutte traditionnelle Kushti. Alors que le soleil s'enfonce sous les palmiers, Kala Pehlwan se prépare au combat.

Des dizaines d'hommes, beaucoup en tuniques, d'autres en t-shirts, forment un cercle parfait. La plupart sont Pakistanais ou Indiens de la région transfrontalière du Pendjab, où le Kushti est un passe-temps apprécié.

Le PSG très bien payé par l’UEFA !

  Le PSG très bien payé par l’UEFA ! La Ligue des champions n’est pas encore terminée mais déjà des estimations ont été effectuées sur les gains obtenus dans cette compétition. Et la Juventus Turin mène le bal devant la Roma. Le PSG est 5e. © Reuters Les joueurs du PSG n'avaient pas le droit de passer leurs vacances à Dubaï cet hiver. La très lucrative Ligue des champions va apporter son lot de bonnes nouvelles à plusieurs clubs. C’est notamment le cas pour les clubs italiens qui apparaissent tout en haut de la liste des mieux rémunérés cette saison. Il existe une explication assez simple.

Le Kushti ou la lutte pour se divertir des Pakistanais à Dubaï . Notre-Dame-des-Landes: vers une reprise du dialogue entre zadistes et autorités. Flèche Wallonne: "Valverde et Alaphilippe au-dessus" selon Molard.

Le Kushti ou la lutte pour se divertir des Pakistanais à Dubaï . Ce menu permet de sélectionner la zone géographique de votre choix ou de vous géolocaliser pour accéder aux informations de votre département, de votre commune ou des communes alentours en cliquant sur “Actu Locale”.

Ils font aussi partie des piliers de la main-d'oeuvre bon marché aux Emirats arabes unis.

Des lutteurs expérimentés, aujourd'hui arbitres, versent de l'eau sur l'anneau intérieur du ring pour limiter la poussière, tandis qu'un vendeur traîne une charrette branlante en proposant des cacahuètes à la foule.

Des cymbales en bois ornées de cloches annoncent alors le début du combat: les lutteurs se déshabillent sans gêne jusqu'à leurs sous-vêtements en revêtant des pagnes jaunes, rouges ou à motifs floraux.

"Kala Pehlwan, fils, viens sur le ring! Suhail, fils, viens sur le ring", s'écrie Mohammed Iqbal, 50 ans. Les adversaires se frottent l'un contre l'autre avec du sable pour contrer la sueur et mieux s'agripper.

Des immigrés pakistanais s'affrontent lors d'un combat de Kushti, lutte traditionnelle pratiquée dans leur pays, le 16 mars 2018 à Dubaï © Fournis par AFP Des immigrés pakistanais s'affrontent lors d'un combat de Kushti, lutte traditionnelle pratiquée dans leur pays, le 16 mars 2018 à Dubaï

Les matches de Kushti sont rapides - parfois moins d'une minute - et acharnés. Un pied est coincé entre les jambes du rival, un lutteur se retourne sur les épaules de ce dernier pour échapper à son emprise.

Ultra-sexy en bikini, Iris Mittenaere fait saliver ses fans en vacances à Dubaï (PHOTO)

  Ultra-sexy en bikini, Iris Mittenaere fait saliver ses fans en vacances à Dubaï (PHOTO) Pour l'anniversaire de sa maman, Iris Mittenaere s'est envolée pour quelques jours de vacances. Et évidemment, elle en fait profiter ses fans. Après le travail, les vacances ! Nouvelle animatrice de TF1, Iris Mittenaere a mis en boite fin mars les prochains épisodes de la troisième édition de Ninja Warrior. Une nouvelle expérience d'animatrice éreintante pour l'ex-Miss France 2016 devenue Miss Univers 2017. D'autant qu'en plein tournage, la belle Iris a été victime d'une laryngite ! Après cette aventure, Iris Mittenaere s'est envolée pour quelques jours de repos à Dubaï.

Chaque vendredi soir, dans le quartier animé de Deira à Dubaï , un terrain sablonneux se transforme en ring pour une compétition de lutte

Le Kushti ou la lutte pour se divertir des Pakistanais à Dubaï . Lutte . 17-04-2018 05:43. Asile: coup d'envoi des débats à l'Assemblée, premiers tirs croisés.

Celui qui parvient à clouer l'adversaire au sol sur le dos est déclaré vainqueur. Les spectateurs s'excitent autour du ring. Kala Pehlwan, pourtant musclé, est battu. "Trouvez-moi un combattant qui puisse me battre", se moque son adversaire.

- Visage du marché -

Des immigrés pakistanais s'affrontent lors d'un combat de Kushti, lutte traditionnelle pratiquée dans leur pays, le 16 mars 2018 à Dubaï © Fournis par AFP Des immigrés pakistanais s'affrontent lors d'un combat de Kushti, lutte traditionnelle pratiquée dans leur pays, le 16 mars 2018 à Dubaï

Kala Pehlwan, 26 ans, cherche du réconfort et élabore avec des amis un plan pour trouver un challenger - non pas de Dubaï, mais de leur ville natale de Muzaffargarh, au Pakistan.

En quelques jours, ils rassemblent l'argent, donnant chacun 50 à 100 dirhams (11 à 22 euros) pour financer le billet d'avion.

Sur son lieu de travail, au Waterfront Market sur le bord de mer, Kala Pehlwan ne passe pas inaperçu. "Quand j'entre sur le marché, tout le monde s'anime: on me reconnaît, on connaît mon nom. Et s'il y a un problème, on vient m'aider car je suis célèbre", sourit-il.

A Dubaï, les plaques minéralogiques appellent les secours en cas d’accident

  A Dubaï, les plaques minéralogiques appellent les secours en cas d’accident Les Emirats Arabes Unis s'apprêtent à tester des plaques minéralogiques intelligentes, capables d'alerter automatiquement les secours, mais aussi de payer les parcmètres et les péages. C'est une innovation parmi d'autres, nombreuses, qui débarquent sur les routes à Dubaï, où le progrès n'effraie décidément personne. Des plaques qui se chargent de tout, ou presque S'il y a bien un endroit sur Terre où l'on ne refuse pas l'innovation technologique, c'est bien Dubaï. La première ville des Emirats Arabes Unis vient de donner son feu vert aux essais des plaques minéralogiques intelligentes et connectées. Embarquant puces et transmetteurs GPS, ces nouvelles plaques seront capables, en cas d'accident, de contacter les secours, et de transmettre aux autres véhicules et aux conducteurs des informations sur le trafic. Les plaques intelligentes donnent également l'alerte et la localisation en cas de vol du véhicule. Elles se chargeront aussi de payer les péages, les parcmètres, et les éventuelles amendes, et s'occuperont des procédures de renouvellement d'immatriculation. Un bémol tout de même : la géolocalisation permanente des voitures par ces plaques intelligentes pose évidemment un problème, les autorités sachant en permanence où vous vous trouvez. [[PIC_1666977W500]] des voitures de police autonomes Les tests vont démarrer en mai. Ils porteront notamment sur la résistance du système au climat très chaud et très sec des Emirats.

Le Kushti ou la lutte pour se divertir des Pakistanais à Dubaï . Lutte . 17-04-2018 05:43. Asile: coup d'envoi des débats à l'Assemblée, premiers tirs croisés.

Le Kushti ou la lutte pour se divertir des Pakistanais à Dubaï . Ce menu permet de sélectionner la zone géographique de votre choix ou de vous géolocaliser pour accéder aux informations de votre département, de votre commune ou des communes alentours en cliquant sur “Actu Locale”.

Rangée après rangée, les étals proposent du poisson frais d'Oman, du Sri Lanka et d'ailleurs, signe que Dubaï reste une plaque tournante du transport maritime.

Les stands portent les noms de propriétaires émiratis, mais les travailleurs d'Asie du sud sont le visage du marché.

Ici "s'établissent les connexions avec le Pakistan", explique Kala Pehlwan, qui a appris l'existence des matches de Kushti en arrivant à Dubaï il y a six ans.

Ce soir-là, Mohammed Shahzad, le challenger de Muzaffargarh, est présent. Vêtu d'une tunique bleu vif, ce jeune de 22 ans assure qu'il n'a pas hésité lorsqu'il a reçu l'appel de Kala Pehlwan: "L'autre combattant a vaincu mon ami et l'a mis au défi de trouver quelqu'un qui puisse l'assommer. Alors je suis venu à Dubaï", plaisante-t-il.

- Passage de flambeau -

Mohammed Arsalan (g), vendeur de poissons et pratiquant de la lutte Kushti, le 29 mars 2018 à Dubaï © Fournis par AFP Mohammed Arsalan (g), vendeur de poissons et pratiquant de la lutte Kushti, le 29 mars 2018 à Dubaï

Kala Pehlwan rappelle que le Kushti est un mode de vie à Muzaffargarh: "Dans notre ville, c'est une tradition d'apprendre la lutte. Tout le monde grandit avec."

Pelé en est certain, Neymar sera en "grande forme" pour la Coupe du Monde en Russie

  Pelé en est certain, Neymar sera en La légende du fooball brésilien est persuadé que l'attaquant du PSG sera remis de sa blessure à la cheville pour le début du Mondial.Présent à Dubai malgré un état de santé jugé faible, Pelé a donné son avis sur la blessure de son compatriote, dont on a souvent effectué la comparaison en tant que successeur. "Je pense qu'il sera en forme pour la Coupe du monde, parce que sa blessure n'est pas si grave", a estimé celui qui ne devrait pas être en Russie en juin prochain, à cause de ses soucis de santé.

Le Kushti ou la lutte pour se divertir des Pakistanais à Dubaï . Ce menu permet de sélectionner la zone géographique de votre choix ou de vous géolocaliser pour accéder aux informations de votre département, de votre commune ou des communes alentours en cliquant sur “Actu Locale”.

Le Kushti ou la lutte pour se divertir des Pakistanais à Dubaï . Nicolas Cotrel conseille aussi les pièges que les uns ou les autres ont pu inventer ces dernières années et qui sélectionnent par la différence de taille des insectes.

Kala Pehlwan est d'ailleurs un "nom de guerre" emprunté à une légende de ce sport de combat dans sa région. Son vrai nom est Mohammed Arsalan.

Selon lui, un régime alimentaire approprié, un entraîneur et une formation sont les clés du succès.

Bien manger est son plus grand défi dans cette métropole onéreuse. "Le poisson est mon plat préféré. C'est l'aliment le plus sain parce qu'à Dubaï, la plupart des choses arrivent sous forme congelée. Tous les deux jours, je mange un poisson frais du marché. Nous le recevons gratuitement de notre employeur à la fin de la journée", raconte Kala Pehlwan.

Pour lui et ses amis, Dubaï est une étape: ils y travaillent dur pour épargner de l'argent avant de rentrer chez eux.

"Nous avons tous notre travail ici. Certains sont porteurs, moi je travaille au marché aux poissons", raconte l'arbitre Iqbal. Le Kushti, "c'est notre tradition. C'est fait pour se détendre."

Iqbal a participé à des compétitions de lutte pendant plus de 20 ans à Dubaï avant de passer le flambeau aux jeunes, qu'il entraîne chaque soir.

"Les (autorités) disent qu'il vaut mieux organiser des combats de ce genre que de se battre vraiment là où on vit ou sur son lieu de travail", relève-t-il.

Kala Pehlwan affirme pouvoir gagner 500 à 600 dirhams (111 à 133 euros) un bon soir. L'argent est recueilli dans un sac par l'arbitre et le champion.

Mais le Kushti n'est pas une question d'argent.

"Sans ce sport, nous ne pourrions pas nous amuser à Dubaï", résume-t-il.

Ce soir-là, le challenger Shahzad l'a emporté.

Azerbaïdjan-AccorHotels dit prendre des "mesures de vigilance accrue" .
AccorHotels a déclaré mardi mettre en oeuvre des "mesures de vigilance accrue sur les flux financiers qui pourraient avoir une origine ou une destination délictueuse", alors qu'une enquête de presse fait état de liens d'affaires entre le groupe hôtelier français et la famille du président azerbaïdjanais Ilham Aliev. La banque privée maltaise Pilatus Bank a ouvert un compte à une société abritant les profits des activités immobilières de la famille Aliev à Dubaï, dont le Sofitel Dubai Palm Resort ouvert par AccorHotels en 2013, selon cette enquête coordonnée par un réseau mondial de médias, dont Reuters.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!