•   
  •   

Sport Aurier, 3-5-2, pépins en cascade... Comment le PSG de Laurent Blanc s’était perdu face à City en 2016

00:40  28 avril  2021
00:40  28 avril  2021 Source:   sport24.lefigaro.fr

La «machine» Gueye, ambition, «le club grandit» : le PSG jubile après avoir éliminé le Bayern

  La «machine» Gueye, ambition, «le club grandit» : le PSG jubile après avoir éliminé le Bayern Nasser Al-Khelaïfi, Presnel Kimpembe, Mauricio Pochettino… Les réactions parisiennes après la qualification pour les demi-finales de C1, mardi.» LIRE AUSSI - Les notes du PSG contre le Bayern : Neymar le magicien, Gueye le guerrier»  LIRE AUSSI  - Au bout du suspense et de l’effort, le PSG écarte le Bayern et verra les demies

Laurent Blanc dirigeait face à Manchester City, en 2016, à l'Etihad Stadium, son dernier match européen à la tête du PSG © Panoramic Laurent Blanc dirigeait face à Manchester City, en 2016, à l'Etihad Stadium, son dernier match européen à la tête du PSG

Comme on se retrouve… Cinq ans après leur dernier duel, en 2016, le Paris Saint-Germain affronte Manchester City en demi-finales de la Ligue des champions. Première manche de ce «Golfico»ce mercredi (21h), au Parc des Princes. A l’époque, ce sont les Citizens de Manuel Pellegrini qui avaient pris le meilleur sur les Rouge et Bleu de Laurent Blanc (2-2, 1-0). Pourtant, Paris semblait mieux armé et s’avançait sur la ligne de départ dans le costume du favori, avant ce quart de finale de C1. «Oui, l’évidence est là, nous confirmait Marcel Desailly avant l’aller. Le PSG montre une force de frappe plus conséquente», ajoutait l’ancien champion du monde, sur la même ligne que la plupart des observateurs à ce moment-là. Et ce même si Blanc ne se laissait pas aller à partager cet enthousiasme débordant : «Si on est favori ? Je m’en fous», avait-il lâché. C’est bien le seul moment où celui que l’on surnomme «Le Président» a été dans le vrai. Car pour le reste, Laurent Blanc n’a pas vu clair.

Au-revoir Aurier: Levy pourrait sac que Sac Spurs se met à niveau dans une bête notée de 26 millions de £ Qui a fait 74 tacles - Opinion

 Au-revoir Aurier: Levy pourrait sac que Sac Spurs se met à niveau dans une bête notée de 26 millions de £ Qui a fait 74 tacles - Opinion © Football Betis Defender Emerson dans l'échauffement contre Barcelone La Liga Tottenham Hotspur pourrait regrouper leur intérêt à Emerson cet été, selon des rapports ... Quel est le mot? C'est le mot de Mundo Deportivo ce week-end, car il est affirmé que Jose Mourinho a rappelé à la hiérarchie des Spurs qu'il veut un nouveau dos à droite comme le vrai Betis Man.

» LIRE AUSSIPSG-Manchester City, le match des ultra-riches

Privés de Marco Verratti et Javier Pastore à l’aller, les Parisiens avaient surtout manqué de mordant, de réussite et de sérénité à l’aller, au Parc des Princes, le 6 avril. Malgré plusieurs occasions d'accroître leur avantage, dont un penalty manqué de Zlatan Ibrahimovic, ils avaient finalement dû se contenter d’un match nul 2-2. Le deuxième but anglais, œuvre de Fernandinho à la 72e minute, il était pour Serge Aurier, titulaire à la surprise générale pour son premier match depuis le 10 février. Poussé par Nasser Al-Khelaïfi, Laurent Blanc avait réintégré l’international ivoirien… qui l’avait insulté quelques semaines plus tôt sur Périscope. «Il fait partie de la famille PSG», avait justifié «NAK» après la rencontre. Pari perdant… Ledit Aurier n’est toutefois pas responsable du non-match de son équipe, aussi fébrile que maladroite pendant ces 90 premières minutes. «Aujourd’hui, c’était moyen, ce n’était pas le PSG qu’on a l’habitude de voir», pestait Thiago Motta. Et d’ajouter, en vue du match retour : «Il faudra retrouver notre jeu, un jeu dans lequel le ballon va vite et où il n’y a pas beaucoup de touches de balle. On a l’habitude de jouer de manière offensive. On l’a toujours fait. On va essayer d’aller à Manchester pour gagner.» Blanc, lui, se voulait confiant : «J’y crois vraiment».

Aurier ne peuvent pas être écrits malgré l'Hurdle final de l'homme

 Aurier ne peuvent pas être écrits malgré l'Hurdle final de l'homme Les éperons de sans aucun doute, Manchester City sont des favoris dans la finale de la Coupe de la Ligue de dimanche avec Tottenham Hotspur et pour une bonne raison. Les Lilyswites sont confrontés à un côté qui pourrait déplacer le niveau avec le record de Liverpool de huit titres de la compétition de la Coupe nationale, ayant remporté cinq des huit dernières années avec les trois dernières successions.

Un 3-5-2 étonnant, expérimental, étourdissant

Problème ? S’ils ont un temps caressé l’espoir de revenir à temps, Verratti et Pastore ont perdu leur course contre la montre, en tout cas dans l'optique d'une place dans le onze de départ. Avertis à l’aller, David Luiz et Blaise Matuidi n’étaient pas non plus disponibles. Face à cette avalanche de pépins, Blanc «a pris tout le monde de court en décidant ni plus ni moins de changer de système. Exit son 4-3-3 inamovible depuis près de trois ans. Et place à un 3-5-2 étonnant, expérimental, étourdissant», rapportait notre envoyé spécial à l’Etihad Stadium en ce 12 avril 2016, Vincent Duchesne, évoquant avant le match un «pari osé, voire même périlleux». Bien vu, camarade...


Galerie: ???? Bayern Munich - PSG : les notes des Parisiens ! (Onze Mondial)

C'était le match à ne pas rater cette semaine en Ligue des Champions, le copier-coller de la dernière finale de la C1 ! À domicile, le Bayern Munich, tenant du titre, affrontait le Paris Saint-Germain, finaliste malheureux. En quête de revanche, les Parisiens arrivaient en Bavière avec une équipe résolument offensive et un trio de feu Neymar-Mbappé-Di Maria aligné d'entrée ! Découvrez sans plus attendre les notes des hommes de Mauricio Pochettino.

Car c’est un Paris Saint-Germain emprunté, aphone, visiblement perturbé qu’on voyait errer sur la pelouse mancunienne lors des 45 premières minutes de cette deuxième manche. «C’était la première fois que l’on jouait comme ça, mais la tactique n’est pas une excuse. C’était pour surprendre un peu l’équipe de Manchester City», racontait Thiago Silva au terme de la rencontre. Sauf que ce sont les Parisiens qui ont été décontenancés. Première période insipide, et qui ne s’achevait que sur un score vierge qu’à la faveur d’un penalty manqué par Sergio Aguero. Juste avant la pause, nouveau coup dur : touché à la cuisse, Motta s’arrêtait-là. Blanc en profitait pour… revenir à son schéma tactique habituel. Et le PSG se montrait un peu plus fringuant après le break. Un peu seulement. Et ce qui devait arriver arriva, avec Kevin de Bruyne qui crucifiait Kevin Trapp et Paris d’une belle frappe enroulée, à un quart d’heure de la fin. Les hommes de Laurent Blanc aurait dû marquer deux fois pour rallier le dernier carré. Ils n’ont scoré (1-0 score final). «Il a surtout manqué un peu de personnalité en première période», pestait Thiago Silva.

Laporte offre la League Cup à City

  Laporte offre la League Cup à City Les Citizens se mettent en confiance avant de venir au Parc. Manchester City 1-0 Tottenham But : Laporte (82e) pout City

» LIRE AUSSILe PSG a Neymar et Mbappé, à Manchester City, la star s’appelle De Bruyne

Au final, le Paris-SG repartait d’Angleterre avec une quatrième élimination de suite en quarts de finale et les valises pleines de regrets. «Paris, à part se passer la balle en défense… Nous n’avons jamais été en danger lors de ce match. Ils n’ont presque pas eu d’occasions», tonnait De Bruyne, aussi impitoyable devant les micros que balle au pied. L’international belge, toujours à City, avait déjà inscrit le premier but à l’aller.

Et il pouvait pavoiser, lui qui avait tenu son rang. Contrairement aux cadres parisiens… «La faillite d’un collectif, résumait Vincent Duchesne, depuis l’Etihad, épinglant notamment «Ibra» et Angel Di Maria. C’est aussi et surtout la faillite d’un homme, Laurent Blanc. Sa décision de tout révolutionner avec un système inédit n’a pas fonctionné. Pire, il a déstabilisé son équipe. Amorphe, empruntée. Avec Aurier en symbole. Déjà peu performant au Parc des Princes, l’Ivoirien n’a eu de cesse de faire planer un vent de fébrilité dans une arrière garde parisienne pourtant protégée à la perfection par Thiago Silva. Le capitaine du PSG a été monstrueux. Un exemple. Qui n’a pas été suivi. Malheureusement pour Paris...»

Paris et la City de la peur

  Paris et la City de la peur Il va y avoir du sport, ce mercredi soir au Parc des Princes. PSGManchester City28/04/21 - 21H00Ligue des championsDiffusion sur

Après l’échec, l’heure du bilan est vite arrivée. «PSG, la fin d'une génération», titrait Le Parisien, quand L’Equipejugeait que «cet échec (était) d'abord celui de Laurent Blanc et de la génération Ibrahimovic». Nasser Al-Khelaïfi, lui, n’avait pas l’intention de faire de déclaration fracassante après la partie : «Si on prend une décision à chaud, ce sera sûrement une mauvaise décision. On doit réfléchir pour savoir comment améliorer l’équipe, le club», avait indiqué le président qatari. Et d’ajouter, au sujet de l’avenir de Laurent Blanc, prolongé quelques semaines avant jusqu’en 2018 : «On a confiance en lui». La suite, on la connait : Zlatan avait filé à l’anglaise, à MU, et Blanc n’avait pas passé l’été, malgré un quadruplé sur la scène nationale. «Je suis responsable, avait convenu le coach cévenol à l’Etihad Stadium. C’est moi qui ai fait l’équipe, qui ai choisi les joueurs et la stratégie. Quand vous gagnez, les joueurs sont responsables de la victoire, quand vous perdez c’est l’entraîneur qui l’est. Donc je la prends pour moi la défaite.» Ça tombe bien, tout le monde la lui a donnée. A commencer par Nasser Al-Khelaïfi et certains autres à Doha…

» LIRE AUSSIPSG-Manchester City: une guerre d’influence géopolitique entre Qatar et Émirats

Il a toutefois fallu attendre quatre ans et le «Final 8» de Lisbonne, la saison passée, pour voir Paris passer, enfin, ce cap des quarts. En fait, le PSG est tombé trois fois de suite en 8es, dont deux humiliations XXL contre le FC Barcelone (2017) et Manchester United (2019), et une sortie de piste sans gloire face au Real (2018). «J'avais déclaré viser la Ligue des champions à mon arrivée, en 2017, rappelle Neymar Jr. On est aux portes de la victoire. Il faut continuer à travailler et persévérer pour gagner.» Il faudra pour cela passer sur le corps des joueurs de Pep Guardiola, lesquels ne s’étaient plus hissés en demies depuis 2016. Une chose est sûre : le 29 mai à Istanbul en finale, face aux anciens vainqueurs de Chelsea ou du Real Madrid (1-1 à l’aller), il y aura un club en quête de la première Ligue des champions de son histoire. Reste à savoir lequel…

oublie Bale: £ £ Spurs Spurs Monster qui avait 111 touches était le héros méconnai de Ryan Mason .
© fourni par Football Football Fanfast Spurs Gareth Bale et Serge Aurier Célébrez But Premier League Un truc de Gareth Bale Tottenham Hotspur Retourne dans la touche Top-Four dimanche soir. Spurs s'est enfui avec une victoire Rampant 4-0 sur Sheffield United au nord de Londres pour aller à moins de cinq points de rivaux locaux Chelsea et qui était largement bas à la vraie star de prêt de Madrid.

usr: 0
C'est intéressant!