•   
  •   

Bien-être Nathalie Marquay revient sur sa leucémie : "je savais que j'avais quelque chose de grave"

18:02  29 juillet  2021
18:02  29 juillet  2021 Source:   medisite.fr

Comment éviter qu'un enfant ne devienne un adulte insupportable

  Comment éviter qu'un enfant ne devienne un adulte insupportable Fermeté bienveillante, exposition aux peurs, encouragement des comportements adaptés : la pédopsychiatre Dre Nathalie Franc nous donne quelques pistes pour chérir sans couver, et contribuer à faire de nos enfants des adultes équilibrés (et forcément, chouettes à fréquenter).Pour tenter de le résoudre, on a demandé quelques conseils à la docteure Nathalie Franc, pédopsychiatre au CHU de Montpellier. La spécialiste y a lancé, il y a 5 ans, un programme d'accompagnement des parents tyrannisés par leurs enfants. Une approche thérapeutique qui prône la résistance non-violente face à des jeunes patient·e·s au comportement particulièrement difficile.

Nathalie Marquay revient sur sa leucémie : © abacapress Nathalie Marquay revient sur sa leucémie : "je savais que j'avais quelque chose de grave"

Frappée par la leucémie en 1997, alors qu’elle venait d’avoir trente ans, Nathalie Marquay-Pernaut a mené un combat contre la maladie, dans lequel elle a pu compter sur son intuition pour la guider. Pour Medisite, elle revient sur cet épisode de sa vie.

À 30 ans, alors qu’elle coulait des jours heureux en Martinique, Nathalie Marquay-Pernaut développe une leucémie. Son combat, elle l’a déjà raconté dans un précédent ouvrage, Ma bonne étoile. Dans un tout nouveau livre, intitulé Moi, j’y crois (à paraître le 9 septembre aux éditions Guy Trédaniel), elle évoque ses intuitions, qui lui ont soufflé à l’oreille qu’elle était gravement malade, alors que tous les médecins minimisaient ses symptômes. Interviewée par Medisite, l’ancienne Miss France revient sur son cancer et les leçons qu’elle en a tirées.

Dixon ne voulait pas savoir le niveau de la garniture avant la course "poilue"

 Dixon ne voulait pas savoir le niveau de la garniture avant la course Scott Dixon a admis qu'il ne savait pas à quel point il avait eu de l'effectif lorsqu'il a embarqué sur sa course à quatre genoux qui l'a gagné pour le 105e cours L'Indianapolis 500. © Phillip Abbott / Motorsport Images Scott Dixon, puce Ganassi Racing Honda de la quatrième pôle Indy de Dixon et 27ème de sa carrière, a été son premier pôle IndyCar n'importe où depuis son arrivée la plus rapide ici en 2017.

Diagnostiquée de la dengue, elle souffrait d’une leucémie

Installée en Martinique pour y développer une marque de maillots de bain, accompagnée dans ce défi par son nouveau petit-ami Mathias, Nathalie est aux anges… Mais rapidement, elle tombe malade. Fiévreuse, fatiguée, elle se rend chez le médecin, qui lui diagnostique une forme bénigne de dengue. Selon lui, pas d’inquiétude : après quelques jours de repos, elle devrait aller mieux. “Ce n’est hélas pas comme ça que ça va se passer”, écrit la comédienne.

Les jours défilent et elle se sent de plus en plus fatiguée. “Je vais voir un autre médecin, puis un autre, un autre…”. Au total, huit professionnels de santé lui diront exactement la même chose : ce n’est pas grave, c’est juste la dengue. Son compagnon de l’époque, Mathias, pense lui aussi qu’elle ne doit pas s’inquiéter. Mais Nathalie en est sûre : c’est autre chose. Son intuition lui souffle qu’elle est atteinte soit d’une leucémie, soit d’une tumeur au cerveau.

JO 2021 : ces athlètes revenus à leur meilleur niveau après avoir vaincu un cancer

  JO 2021 : ces athlètes revenus à leur meilleur niveau après avoir vaincu un cancer Atteints d'un cancer, ces trois athlètes ont repris la compétition de haut niveau, jusqu'à gagner un titre olympique dans le cas de l'Argentin Santiago Lange.Ils se sont relevés après un cancer. Novlene Williams-Mills, Santiago Lange et Jacob Gibb ont connu la gloire du haut niveau, avant de tomber dans la maladie, pour la vaincre et retrouver leur terrain de jeu préféré. Récit d'un parcours de vie qui a changé ces trois sportifs.

“C’est une leucémie, docteur, n’est-ce pas ?”

Un matin, alors que son état s’est encore aggravé, elle tente le tout pour le tout. “Avec 6 de tension et 41 °C de fièvre, je monte dans ma voiture et roule vers un énième cabinet médical”. Mais en route, poussée par son instinct, elle s’arrête devant une église. Ce n’est pourtant pas dans ses habitudes. “J’ai pleuré des heures dans cette église, j’ai parlé à ma grand-mère en lui disant que je sentais que j’allais très mal”. Coïncidence ou pas, en sortant de ce lieu de culte, elle tombe sur la plaque d’une médecin, ancienne interne des hôpitaux de Paris. Juste en face, un laboratoire de biologie médicale. “Ça m’a sauvé la vie”.

Et pour cause, cette femme médecin lui prescrit immédiatement des analyses, alors qu’aucun autre professionnel n’y avait songé avant. Au vu des résultats “catastrophiques”, l’ex-miss est admise à l’hôpital sur le champ. Nouvelles analyses, ponction lombaire… le diagnostic ne tarde pas à tomber. Mais avant même que le médecin n'ouvre la bouche, Nathalie Marquay sait. “C’est une leucémie, docteur, n’est-ce pas ?”, demande-t-elle. Le spécialiste ne peut que lui confirmer cette triste nouvelle.

10 biscuits industriels à reproduire facilement à la maison

  10 biscuits industriels à reproduire facilement à la maison Oreo, Petit écolier, Mikado ou encore Napolitain… On en tous au moins un biscuit qui a marqué notre enfance, ou fait toujours partie de nos péchés mignons favoris. Alors pourquoi ne pas les déguster en version maison ? Voici 10 recettes des biscuits les plus consommés. On les connaît ces longues boîtes rectangulaires jamais très loin des caisses de supermarchés, qui abritent toutes sortes de gâteaux, souvent trop gras et/ou trop sucrés. Malgré notre bonne volonté et nos connaissances en matière d'aliments ultra-transformés résister à la tentation est une tâche presque impossible pour la plupart d’entre nous. Rien n’empêche pourtant de réaliser ces mêmes biscuits dans sa cuisine, en version healthy, et même de les personnaliser. Sans plus attendre, on vous dévoile les recettes de biscuits qui font fureur chez les petits comme les grands.

“Si je meurs, j’assassine mes parents”

Sa réaction immédiate est une forme de soulagement. “J’étais tellement persuadée, dans ma tête, que j’avais quelque chose de grave ; sur le coup je me suis dit : enfin on a un mot sur ce que j’ai ! Parce que je sentais que j’allais mourir et qu’il fallait absolument qu’on trouve ce que j’avais pour guérir”, nous confie-t-elle.

Très vite, vient la colère. “Énormément de colère”, même. “Je me demandais ‘Pourquoi moi ? Qu’est-ce que j’ai fait ?’” Enfin, suivent l’acceptation et, surtout, la combativité, la volonté de vaincre le cancer. “On se dit que de toute façon, on n’a pas le choix, on va se battre. Je vais vaincre cette put*** de maladie, je vais battre ce crabe. Ce n’est pas possible autrement, je suis jeune, j’ai 30 ans. Je ne peux pas me permettre de mourir parce que si je meurs, j’assassine mes parents”.

Sa pensée première est donc envers ses proches. Pour eux, elle trouve la force de s’en sortir. Mais, bien sûr, pour elle aussi. “Je me suis dit mince, j’ai 30 ans, et je n’ai même pas fondé de famille. Or cela comptait beaucoup pour moi, mon rêve, c’était d’avoir des enfants. C’était un but. Et quand on est malade, avoir un but, c’est très important. Parce que ça nous aide à nous battre”.

'Elle est tout ce que "étoiles originales: Où sont-ils maintenant?

 'Elle est tout ce que © Fourni par nous hebdomadaires La Mary Tyler Moore Show's Ed Asner est décédée à l'âge de 91 Ed Asner, l'acteur bien-aimé qui a joué à Lou Grant sur La Mary Tyler Moore Show , est décédée le dimanche 29 août. Il était 91 . Décès de célébrités en 2021: étoiles que nous avons perdu Lisez l'article "Nous sommes désolés de dire que notre patriarche bien-aimé est décédé ce matin paisiblement," une déclaration sur son compte Twitter .

Pour sa santé, elle écoute son corps et son intuition

Le combat, pourtant, est rude. Après trois chimiothérapies, Nathalie Marquay doit subir une greffe de moelle osseuse. Un traitement qui doit la rendre stérile. Pour elle, c’est impossible à concevoir. “J’ai refusé la greffe”, nous dit-elle. “C’est quelque chose que je sentais en moi, je voulais absolument avoir des enfants, j’avais le sentiment que sinon, je ne serais pas une femme. Et c’est vrai que j’avais tout le monde contre moi. Mon petit-ami de l’époque, mes parents, les médecins. Tout le monde me disait que j’étais folle, que j’allais droit au suicide. Et moi je leur ai dit non, si vous me faites cette greffe, je vais mourir, je le sens au fond de moi”.

Au fond d’elle, la trentenaire avait la conviction que son heure n’était pas venue, qu’elle avait la force de survivre sans cette greffe. Une force directement puisée dans son puissant désir d’un jour, donner la vie. “Et vous vous rendez compte, je m’en suis sortie ! C’est pour vous dire à quel point la force du mental est importante”. Bien sûr, elle ne recommande à personne de refuser un traitement et préconise plutôt d’écouter les médecins, consciente que ce qui a pu fonctionner pour elle ne s’applique pas forcément à un autre patient.

“Mes propres choix ne doivent pas vous empêcher d’écouter votre médecin”

“C’est ça qui a été difficile quand j’ai écrit mon livre Ma bonne étoile, où j’expliquais que j’avais refusé la greffe. Beaucoup de gens me demandaient ce qu’il fallait faire, car eux-mêmes ne voulaient pas faire cette opération. Et moi je leur répondais que c’était mon libre-arbitre à moi, que ça ne devait surtout pas les empêcher d’écouter leur médecin”, explique la star.

enseignant conseillé contre le vaccin en raison de la traitance de la leucémie Dies de Covid Complications

 enseignant conseillé contre le vaccin en raison de la traitance de la leucémie Dies de Covid Complications Un professeur d'école primaire à Hiver Haven, en Floride, qui battait la leucémie décédée plus tôt cette semaine après la contraction de Covid-19. © Robyn Beck / AFP via Getty Images Un professeur d'école primaire en Floride qui battait la leucémie est décédé plus tôt cette semaine après contraction de Covid-19. Au-dessus, une infirmière atteint un flacon d'un vaccin de Pfizer Covid-19 dans une clinique de vaccins pop-up à Los Angeles, en Californie le 23 août 2021.

De son côté, elle n’a d’ailleurs pas refusé tous les traitements, passant par le chemin difficile de la chimiothérapie. Mais elle a également appris à faire confiance à son corps, à savoir l’écouter quand il lui parle. “Je fais tout ce que je ressens, pour mon bien”.

Nathalie Marquay prend ainsi l’exemple de l’exposition solaire, fortement déconseillée lorsqu’on a subi une chimiothérapie. “Je ressentais, de mon côté, que mon corps pouvait encore aller au soleil. Bien sûr, je n’y suis pas allé tout de suite, j’ai attendu environ huit mois après la fin de mon traitement et j’y ai été progressivement. Évidemment, je protège également ma peau. Mais vous voyez, je suis souvent bronzée, aujourd’hui”. Là encore, elle ne le préconise à personne. Elle fait simplement ce qu’elle sent être bon pour elle.

Nathalie Marquay : sa leucémie l’a transformée

Pour l'épouse de Jean-Pierre Pernaut, la maladie est une école, dont on peut sortir grandi. “Depuis ma leucémie, je me suis encore plus ouverte aux autres. Je trouve que la vie est belle et qu’il faut en profiter au maximum. Tout ce qu’on peut prendre, il faut le prendre. Même s’il s’agit simplement de manger un morceau de pain sur une terrasse baignée de soleil”, confie la reine de beauté.

“Les gens veulent toujours plus et ne sont pas contents de ce qu’ils ont”, déplore-t-elle. Une attitude qui, elle l’avoue, l’agace. “Il ne faut pas chercher plus. Je ne suis pas quelqu’un qui me plaint, maintenant”. Petit revers de la médaille : elle attend parfois des autres qu’ils aient ce même état d’esprit. Amusée, elle raconte que cela ne plaisait pas toujours à sa fille lorsqu’elle était petite. “Dès qu’elle pleurait pour un petit bobo, j’étais très dure”. “Avant que je plaigne quelqu’un, il faut avoir quelque chose de grave”, reconnaît-elle.

Pour autant, elle encourage tout un chacun à voir la vie dans toute sa beauté et à en profiter chaque jour. "Et voilà, je suis heureuse. J’ai beaucoup de chance”, conclut-elle simplement.

Rep. Zeldin a été traitée pour la leucémie et est maintenant en rémission .
New York (AP) - Rép. Lee Zeldin a révélé samedi qu'il avait été diagnostiqué en novembre dernier avec la leucémie myéloïde chronique au stade précoce, mais a déclaré qu'il avait bien répondu aux traitements et est maintenant en rémission. © Fourni par un fichier de presse associé - Ce vendredi 15 novembre 2019, un représentant de la photo de fichier Lee Zeldin, R-N.Y., Parle aux journalistes sur Capitol Hill à Washington.

usr: 3
C'est intéressant!