•   
  •   

Bien-être Hôpitaux : 1 patient sur 20 touché par une infection nosocomiale

01:15  06 juin  2018
01:15  06 juin  2018 Source:   femmeactuelle.fr

Infection urinaire : les traitements antiseptiques

  Infection urinaire : les traitements antiseptiques Fréquentes envies d’uriner, brûlures à la miction, les infections urinaires doivent amener à consulter. En effet, en l’absence de traitement antiseptique urinaire, l’infection urinaire peut passer de la vessie aux reins et générer une pyélonéphrite. Le point sur les traitements antiseptiques. Le traitement de l’infection urinaireEn premier lieu, il est recommandé de beaucoup boire. Au minimum 1,5 litre d’eau par jour entre les repas. Il faut éviter une hygiène intime trop agressive, de même que de s’essuyer de l’arrière vers l’avant aux toilettes.

Un patient hospitalisé sur vingt est touché par au moins une infection nosocomiale (contractée dans l'établissement de santé), selon une enquête nationale réalisée en 2017, qui montre que cette propor

Un patient hospitalisé sur vingt est touché par au moins une infection nosocomiale (contractée dans l'établissement de santé), selon une enquête nationale réalisée en 2017, qui montre que cette proportion n'a pas diminué depuis 2012.

Hôpitaux : 1 patient sur 20 touché par une infection nosocomiale © Prisma Media Hôpitaux : 1 patient sur 20 touché par une infection nosocomiale

En France, un patient sur vingt a contracté une infection au cours d’un séjour dans un établissement de santé (hôpital, EHPAD…), selon la dernière enquête de Santé Publique France.

Un patient sur vingt, soit 5%, a été victime d’au moins une infection nosocomiale, c’est-à-dire associée aux soins et contractée au cours d’un séjour dans un établissement de santé (hôpital, EHPAD…). Chaque année, 4.200 personnes en décèdent. Des chiffres révélés lors de la conférence de presse - à laquelle Femme Actuelle a participé - présentant la dernière enquête de Santé Publique France réalisée dans 403 établissements entre 2012 et 2017. 

Dent de sagesse: le risque d'infection

  Dent de sagesse: le risque d'infection Les dents de sagesse sont régulièrement à l'origine de problèmes de santé des dents. Elles peuvent être douloureuses et source d'infection et d'abcès dentaire. Leur extraction est souvent nécessaire. Quelles sont les pathologies que peuvent rencontrer les dents de sagesse ?Les dents de sagesse sont au nombre de 4, réparties pour moitié en haut et en bas, tout au fond de l'articulé dentaire. Elles sortent normalement vers l'adolescence. Leur poussée peut être douloureuse, essentiellement par manque de place, car ce sont des dents volumineuses.

Cependant d'après l'institut de veille sanitaire, environ 1 patient sur 20 [1] hospitalisé contracterait une infection nosocomiale , qui engendreraient environ 4200 Les infections nosocomiales compliquent 5 à 19 % des admissions dans les hôpitaux généraux et jusqu'à 30 % des patients en soins intensifs.

Un patient hospitalisé sur vingt est touché par au moins une infection nosocomiale (contractée dans l'établissement de santé), selon une enquête nationale réalisée en 2017, qui montre que cette proportion n'a pas diminué depuis 2012.

Les infections nosocomiales les plus fréquentes sont, dans l’ordre, les infections urinaires, celles liées à une intervention chirurgicale, les infections respiratoires (pneumonies) ainsi que les infections dû à la présence de bactéries dans le sang (bactériémie).

Les infections liées à une opération en hausse

En cinq ans, la proportion des infections après chirurgie a augmenté, passant de 13,5% à 16%. Elle concerne des interventions telles que la chirurgie orthopédique (prothèse du genou) ou encore la chirurgie des varices des membres inférieurs. Ces infections surviennent également en chirurgie digestive et en gynécologie obstétrique, favorisée par des facteurs de risque : tabagisme, diabète, hypertension artérielle.

4 odeurs du corps qui doivent vous inquiéter

  4 odeurs du corps qui doivent vous inquiéter Aussi désagréables soient-elles, les odeurs corporelles sont, pour la plupart, banales et nécessaires au bon fonctionnement de l'organisme. Toutefois, si une odeur devient forte ou inhabituelle, il faut y prêter attention car elle est peut-être le signe d'un problème de santé. Haleine, selles, urines, organes intimes Voici celles qui doivent vous alerter.  La mauvaise haleine La mauvaise haleine, autrement appelée halitose, est un phénomène courant qui nous touche tous de temps à autre, notamment lorsqu’on a faim. "Toutes les haleines ont une odeur.

Hôpitaux : 1 patient sur 20 touché par une infection nosocomiale . Bref, à des patients que l'on avait pas les moyens de soigner il y a quelques années ou décennies et qui mourraient bien avant l' infection nosocomiale !

– Hôpitaux : 1 patient sur 20 touché par une infection nosocomiale . Santé sur le Net est le seul et unique site qui met le patient au cœur de sa santé grâce à son portail d'informations et à son forum animé par des experts.

Comment limiter les risques ?

Si, avant 2012, les chiffres avait baissé de 10%, ils stagnent désormais. Pourquoi ? En France, les patients hospitalisés sont de plus en plus âgés : 56% ont de plus de 65 ans. Une population 2,5 fois plus à risque de développer des infections. 

Comment limiter les risques ? Du côté des patients, rien à faire si ce n’est adopter une hygiène rigoureuse : laver les mains à l’aide des solutions hydro-alcooliques généralement présentes à l’entrée des chambres. Pour les professionnels de santé, il est nécessaire d’employer du matériel médical stérile ou à usage unique, prévenir la présence de germes multi-résistants ou encore encadrer la prescription d’antibiotiques. Santé publique France a décidé de mener une prévention auprès du corps médical pour limiter les risques.

À lire aussi : 

- Les bons réflexes à adopter avant une opération chirurgicale

- Un chirurgien oublie un gant et cinq compresses dans le ventre d'une patiente

- Sexisme à l'hôpital : les internes dénoncent des comportements inadmissibles

C'est quoi une cystite de lune de miel ? .
Il existe différents types d'infection urinaire, mais connaissez-vous la "cystite de lune de miel" ? Cette inflammation est bénigne, mais bien spécifique. Voici tout ce que vous devez savoir sur cette infection urinaire et surtout, comment l'éviter.Non, cette infection urinaire n'a rien à voir avec le mariage et vous n'avez pas besoin de porter une alliance pour en souffrir. Parmi les diverses infections urinaires existantes, la cystite dite "delune de miel" est un mal bénin, bien souvent causé par des rapports sexuels très fréquents.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!