•   
  •   

Bien-être Attention, les piscines publiques sont de vrais réservoirs à bactéries

20:55  11 juillet  2018
20:55  11 juillet  2018 Source:   terrafemina.com

Les piscines publiques, des nids à bactéries : comment s’en protéger au mieux ?

  Les piscines publiques, des nids à bactéries : comment s’en protéger au mieux ? Diarrhées, réactions cutanées, problèmes respiratoires… De nombreuses bactéries, présentes dans les piscines publiques car résistantes au chlore, ont entraîné des maladies chez plus 27.000 personnes, rapporte une étude. Sept astuces pour se protéger. Plus de 27.000 nageurs sont tombés malades dans les piscines publiques ces quinze dernières années, rapportent des scientifiques américains. Menée aux Etats-Unis, l’étude a été publiée sur le site du Centers for Disease Control and Prevention (CDC), organisme de santé officiel du pays. Elle révèle que des bactéries résistantes au chlore, les cryptosporidies, légionelles et pseudomonas sont respectivement responsables de diarrhées, de légionellose - maladie respiratoire - ainsi que d'infections cutanées ou viscérales, voire de septicémie. Les chercheurs estiment que, depuis 2007, les cas de légionellose augmentent de 14% chaque année aux États-Unis. Huit personnes sont décédées suite à une infection, dont six après avoir contracté cette maladie respiratoire. Comment se protéger des parasites à la piscine ? Éviter de boire l’eau des piscines, ce qui arrive généralement lorsque l’on boit la tasse. “Le problème des cryptosporidies est qu’elles sont très résistantes au chlore, donc une fois que l’eau en contient, il est difficile de s’en débarrasser”, explique Michele Hlavsa, directrice du centre américain de prévention des maladies à BuzzFeed. Il suffit d’ingérer dix germes pour être infecté.

D'après une nouvelle étude américaine, les piscines publiques seraient de véritables réservoirs à bactéries . Et certaines sont potentiellement dangereuses. "Revenge" : attention , jeu de massacre féministe. 10 idées de jeux pour enfants pour s'amuser à la piscine ou à la mer.

Des bactéries résistantes au chlore. Les piscines publiques peuvent être des nids à bactéries . C’est en tout cas ce que révèle une étude publiée sur le site du Centers for Disease Control and Prevention (CDC), organisme de santé officiel des États-Unis.

D'après une nouvelle étude américaine, les piscines publiques seraient de véritables réservoirs à bactéries. Et certaines sont potentiellement dangereuses.

En dehors des embouteillages dans les couloirs de nage, les piscines publiques sont parfois boudées en raison de leur hygiène douteuse. Une nouvelle étude américaine réalisée par le Centre de Prévention et de contrôle des maladies américain renforce cet argument et dresse un constat inquiétant.

Au cours de ces 15 dernières années, plus de 27 000 personnes aux États-Unis ont déclaré avoir été malades, rapporte l'étude. Parmi les 15 000 personnes infectées, 8 ont trouvé la mort. Six de ces décès ont été provoqués par des contamination de légionelles, des bactéries qui résistent très bien au chlore et autres produits désinfectants censés stériliser les eaux des bassins.

Pourquoi vous devez changer de torchon à chaque fois que vous faites la vaisselle

  Pourquoi vous devez changer de torchon à chaque fois que vous faites la vaisselle Une étude révèle qu'utiliser le même torchon pour différents usages pourrait causer des intoxications alimentaires, surtout si vous avez une famille nombreuse. © Medisite Pourquoi vous devez changer de torchon à chaque fois que vous faites la vaisselle Un torchon : une utilisation ! Des chercheurs de l'Université de Maurice à l'Ile Maurice révèlent que l'utilisation répétée d'un même torchon pourrait favoriser l'apparition de bactéries capable de causer des intoxications alimentaires.

Les piscines publiques seraient remplies de bactéries résistantes au chlore, pouvant entraîner diarrhées, problèmes respiratoires et réactions cutanées selon une étude.

Les bactéries sont partout, mais surtout dans les piscines . Une étude américaine réalisée par le Centre de Prévention et de contrôle des maladies démontre que les piscines publiques peuvent être dangereuses pour la santé.

Les légionelles sont porteuses d'une infection pulmonaire aiguë potentiellement mortelle, connue sous le nom de légionellose. Aux États-Unis, les cas de légionelloses augmentent de 14% depuis 2007.

Selon le dernier bilan de l'Institut Santé Publique France (Invs), 1208 cas de légionellose ont été déclarés en 2016. Dans près de 12 % des cas déclarés, la maladie provoque un décès, précise l'Invs.

Que faire pour éviter les infections ?

Attention, les piscines publiques sont de vrais réservoirs à bactéries © Getty Images Les piscines publiques sont de vrais réservoirs à bactéries

Si vous avez pris l'habitude de vous rendre régulièrement dans une piscine publique, certaines précautions s'imposent. "Tout d'abord, évitez de boire la tasse", recommande Michele Hlavsa, directrice du centre américain de prévention des maladies. Étant donné que l'on doute fortement que quiconque s'amuse à boire de l'eau de piscine par plaisir, on peut donc en déduire que vous n'aurez aucune difficulté à appliquer ce conseil.

Michele Hlavsa met également en garde les personnes déjà infectées par un virus : "s'il vous plait, n'allez surtout pas vous baigner si vous avez la diarrhée". Une injonction qui, bien évidemment, s'applique également aux enfants.

Après une séance de piscine, restez attentif aux premiers signes qui pourraient éventuellement indiquer une infection aux bactéries : maux de ventre, nausées, fièvre, déshydratation. Si les symptômes persistent, il est fortement recommandé de consulter un médecin.

Les probiotiques seraient quasiment inutiles .
Et si on arrêtait de jeter de l'argent par les fenêtres en achetant des probiotiques ? C'est le message d'un groupe de chercheurs israéliens, qui viennent de publier une étude sur les yaourts à base de probiotiques. Dans leurs travaux, les plus poussés pour l'instant sur l'impact des probiotiques sur le corps, ils décrivent ces bactéries comme « plutôt inutiles ». L'équipe de l'Institut de Sciences Weizmann a créé un cocktail à base de 11 de ces bactéries jugées bonnes pour le corps et les a proposés à 25 personnes en bonne santé pendant un mois.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!