Bien-être: Cancer de la prostate : manger des champignons diminuerait le risque ! - PressFrom - France
  •   
  •   

Bien-êtreCancer de la prostate : manger des champignons diminuerait le risque !

17:40  10 septembre  2019
17:40  10 septembre  2019 Source:   medisite.fr

Manger du yaourt 2 fois par semaine réduirait le risque de cancer colorectal

Manger du yaourt 2 fois par semaine réduirait le risque de cancer colorectal Consommer du yaourt au moins deux fois par semaine pourrait réduire le risque de cancer du côlon chez les hommes, selon une étude. yaourt, bon pour votre santé ? Les hommes qui mangent au moins deux portions de yaourt par semaine seraient 26 % moins à risque face au cancer colorectal, selon une étude américaine, publiée dans la revue médicale Gut. Ces résultats corroborent des travaux antérieurs, selon lesquels la consommation de yaourt réduirait le risque de cancer de l’intestin, en modifiant le type et le volume des bactéries présentes dans cet organe.

Pour rappel, le cancer de la prostate est le type de cancer le plus fréquent chez les hommes : on estime que 1 homme sur 7 en recevra le diagnostic, le plus souvent à Manger 3 fois par semaine des champignons réduit le risque de cancer de 17%. Manger régulièrement des champignons

En plus de réduire le risque d'autres problèmes de santé répandus chez les hommes tels que les maladies cardiovasculaires ou la maladie d'Alzheimer, le régime méditerranéen serait donc une méthode efficace pour lutter contre les formes agressives de cancer de la prostate

Cancer de la prostate : manger des champignons diminuerait le risque ! © Medisite Cancer de la prostate : manger des champignons diminuerait le risque !

Bien que cela puisse paraître étonnant, manger des champignons diminuerait le risque de cancer de la prostate selon des chercheurs japonais.

Une nouvelle étude publiée dans l' International Journal of Cancer a révélé un lien étonnant entre la consommation de champignons et la prévention du cancer de la prostate.

Pour rappel, le cancer de la prostate est le type de cancer le plus fréquent chez les hommes : on estime que 1 homme sur 7 en recevra le diagnostic, le plus souvent à partir de la soixantaine. Bien qu’aucune cause particulière n’ait été découverte, il existerait une prédisposition génétique.

Cancer du foie : une mauvaise hygiène dentaire augmenterait le risque de 75 %

Cancer du foie : une mauvaise hygiène dentaire augmenterait le risque de 75 % Avoir une mauvaise santé bucco-dentaire pourrait être lié à un risque accru de cancer du foie, selon une étude de grande ampleur. Et si bien se brosser les dents pouvait éloigner le cancer ? Voilà une nouvelle qui pourrait faire plaisir aux dentistes. Une vaste étude britannique, publiée dans l’UEG Journal, montre qu’une mauvaise hygiène bucco-dentaire pourrait accroître de 75 % le risque de développer un cancer du foie. Celui-ci est le sixième cancer le plus meurtrier dans l’Union Européenne ; 60 000 personnes y succombent chaque année.

Le cancer de la prostate est le cas de cancer le plus courant et le 3 e en termes de décès par cancer chez l'homme (2 e aux États-Unis http Dans cet article:Connaitre les facteurs de risque Consulter un médecin pour prévenir les risques Prévenir les risques avec l’alimentation et les exercices Utiliser

Guérir un cancer de prostate localisé (c’est-à-dire que le bilan est en faveur d’une tumeur confinée à la prostate ). Par ailleurs, de nombreux progrès techniques ont permis de diminuer la durée d’hospitalisation et d’immobilisation ainsi que la fréquence des effets secondaires.

Manger 3 fois par semaine des champignons réduit le risque de cancer de 17%

Manger régulièrement des champignons, serait-ce la clé pour éviter le cancer de la prostate ? Chez les hommes japonais en tout cas, cette hypothèse a fait ses preuves.

Au total, ce sont 36 499 hommes âgés de 40 à 79 ans qui ont participé à l'étude de Miyagi en 1990 et à l'étude d’Ohsaki en 1994.

Ils ont été suivis pendant 13 ans et, au cours de ce suivi, 3,3% des participants ont développé un cancer de la prostate. Ces candidats consommaient des champignons moins d’une fois par semaine.

Les hommes qui mangeaient cet aliment une à deux fois par semaine avaient un risque plus réduit (- 8%) d’attraper un cancer de la prostate et ceux qui en consommaient 3 fois ou plus avaient un risque encore moindre (- 17%)

L'obésité cause plus de types de cancer que le tabac

L'obésité cause plus de types de cancer que le tabac L’obésité est maintenant l’une des plus grandes causes de cancer au Royaume-Uni, dépassant ainsi le tabagisme, selon une étude menée par Cancer Research UK. Les scientifiques ont ainsi découvert qu’être atteint d’obésité morbide est responsable de plus de cas de cancer de l’intestin, des reins, des ovaires et du foie que de fumer du tabac. Fumer reste la cause numéro 1 des cancers, mais l’étude a montré qu’il fallait agir immédiatement pour vaincre l’obésité, car elle est un facteur de risque pour 13 différents types de cancers, dont celui du sein et du pancréas. Le nombre de fumeurs diminue, tandis que les chiffres de l’obésité augmentent.

Pour réduire les risques de développer un cancer de la prostate , l'alimentation joue un rôle important. En effet, la prévention de cette pathologie passe par la consommation modérée voire nulle de certains aliments et, inversement, par la consommation régulière de certains autres.

Le cancer de la prostate est un cancer fréquent touchant la prostate , une glande de l 'appareil reproducteur de l 'homme. Le cancer se développe à partir des tissus de la prostate quand des cellules y mutent et se multiplient de façon incontrôlée.

"Les informations sur les espèces de champignons consommés n'ont pas été collectées, il est donc difficile de savoir quel (s) champignon (s) a (ont) contribué à nos résultats.

Par ailleurs, le mécanisme des effets bénéfiques des champignons sur le cancer de la prostate reste flou", a déclaré l'auteur principal Shu Zhang, PhD., de l’École de santé publique de l’Université Tohoku, au Japon.

Le cancer de la prostate : une maladie très courante chez les hommes

La prostate est une glande de l’appareil reproducteur masculin.

Elle est située tout juste sous la vessie et, comme un anneau, elle entoure l’urètre, ce canal par lequel l’urine et le sperme sortent à l’extérieur du corps. Le rôle de la prostate est de produire le liquide prostatique, un des composants du sperme avec le liquide séminal et les spermatozoïdes, de stocker temporairement le sperme avant l’éjaculation, puis de se contracter au moment de l’éjaculation, participant ainsi à l’expulsion du sperme.

Rappel de raisins bio pour cause de champignons

Rappel de raisins bio pour cause de champignons Les raisins bio n’échappent pas aux rappels. Des lots de la marque BIO VILLAGE contiennent de l’ochratoxine A, une substance produite par des champignons microscopiques. Vous venez d’acheter des raisins bio ? Prudence. La marque BIO VILLAGE a indiqué la présence d’ochratoxine A dans ses sachets "Raisins moelleux". Toute personne ayant acheté ce produit devra le ramener au point de vente ou ne pas le consommer. Des raisins bio infectés Ces raisins bio moelleux (250g) seraient infectés par l’ochratoxine A, une mycotoxine produite par plusieurs champignons microscopiques.

antécédents familiaux de cancer de la prostate , origine africaine (inclus les Antillais). Épidémiologie : Science destinée à étudier différentes caractéristiques L’absence de diagnostic exposerait au risque de laisser évoluer une lésion dangereuse, éventuellement cancéreuse ou susceptible de le devenir.

Certains facteurs de risque du cancer de la prostate sont reconnus : - l’âge ; - les antécédents familiaux ; - le régime alimentaire, lorsqu'il est trop riche en graisses animales. Symptôme(s). Des difficultés pour uriner traduisent le plus souvent un problème prostatique nécessitant un examen

Le cancer de la prostate se développe à partir de cellules de la prostate initialement normales qui se transforment et se multiplient de façon anarchique, jusqu’à former une masse appelée tumeur maligne.

En France, le cancer de la prostate est le cancer masculin le plus fréquent (71 200 nouveaux cas estimés en 2011) et la 3e causes de décès par cancer chez l’homme (8 700 décès par an).

Il est très rare avant 50 ans et son incidence augmente progressivement avec l’âge. L’âge moyen au moment du diagnostic est de près de 70 ans.

Le cancer de la prostate est un cancer de bon pronostic : la survie relative à 5 ans s’est améliorée de façon spectaculaire, passant de 70 % pour les cas diagnostiqués en 1990 à 90 % en 2002.

La gravité du cancer dépend de l’étendue de la tumeur (locale, avec métastases avoisinantes ou à distance) et du type de cellules cancéreuses.

Il existe un score permettant de mesurer le pronostic d’un cancer de la prostate, c’est-à-dire les risques qu’il présente pour la personne atteinte. Il s’agit du “score de Gleason”.

Cancer de la prostate : diagnostic et dépistage

Le cancer de la prostate peut être dépisté par la constatation de l'augmentation d'une protéine dans le sang : l'antigène prostatique spécifique ou PSA (mesure du taux d'antigène prostatique).

Le PSA est une substance produite par la prostate. Cependant, un résultat élevé à ce test ne signifie pas forcément qu’il existe un cancer.

En effet, une quantité de plus de 4 nanogrammes/ml de cette protéine dans le sang est associée à un cancer de la prostate dans environ 25 % des cas, et à un autre trouble de la prostate dans 75 % des cas.

Dans le cas où il ne s’agit pas d’un cancer, un PSA élevé peut correspondre à une hypertrophie bénigne de la prostate, une inflammation ou une infection de la prostate.

D’autre part, le dosage de PSA ne décèle pas tous les cas de cancers. Lors d’une étude évaluant l’efficacité du test de PSA, 15 % des hommes ayant obtenu un résultat négatif à ce test (d’une cohorte de 2 950 hommes âgés de 62 ans à 91 ans) avaient un cancer de la prostate1.

Les pommes et le thé protègent du cancer et des maladies cardiaques.
Les flavonoïdes ont un effet protecteur contre le cancer et les maladies cardiaques, conclut une étude sur une importante cohorte lors de plus de deux décennies. Au Danemark, les chercheurs de la School of Medical and Health Sciences à l’université Edith Cowan ont mené une étude au long cours (23 ans) sur 53.048 personnes à propos de l’alimentation danoise en relation avec le cancer et la santé (« Danish Diet, Cancer and Health »). Ils ont découvert que les personnes consommant régulièrement des quantités modérées à élevées d'aliments riches en flavonoïdes, composés présents dans les aliments et les boissons à base de plantes, risquaient moins de mourir d'un cancer ou d'une ma

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!