•   
  •   

Bien-êtreUne nouvelle souche de streptocoque provoque une recrudescence de scarlatine et d’infections invasives

05:25  12 septembre  2019
05:25  12 septembre  2019 Source:   medisite.fr

Attention, cette bactérie résistante se cache dans votre intestin !

Attention, cette bactérie résistante se cache dans votre intestin ! Une étude américaine vient de démontrer que les femmes en bonne santé pouvaient avoir des bactéries résistantes dans leurs intestins. Elles seraient responsables de graves infections. La bactérie E.coli est pointée du doigt depuis la publication de résultats liés aux travaux de chercheurs américains. L'étude, publiée dans le journal Oxford University Press, Clinical Infectious Diseases, montre que la souche “Escherichia coli” a pour habitude de s’installer dans les intestins de femmes en bonne santé pour pulluler et engendrer ensuite de graves infections des voies urinaires.

Des chercheurs ont identifié une nouvelle souche de streptocoque qui libère neuf fois plus de toxines Une nouveau streptocoque provoque une recrudescence de scarlatine . “Étant donné que cette souche a une capacité apparemment accrue de provoquer tous les types d ’ infection à

Des scientifiques ont repéré une nouvelle souche de streptocoque qui délivre neuf fois plus de toxines, liée à une multiplication de scarlatine et d ’ infections invasives graves.

Une nouvelle souche de streptocoque provoque une recrudescence de scarlatine et d’infections invasives © Medisite Une nouvelle souche de streptocoque provoque une recrudescence de scarlatine et d’infections invasives

Des chercheurs ont identifié une nouvelle souche de streptocoque qui libère neuf fois plus de toxines, associée à une recrudescence de scarlatine et d’infections invasives graves.

Le nombre d’infections à streptocoques est à la hausse en Angleterre et au Pays de Galles. Et des chercheurs qui étudient la scarlatine viennent de faire une découverte qui pourrait bien expliquer cette augmentation. Ces derniers ont identifié une nouvelle souche de bactérie à l’origine de la maladie.

Bactéries mangeuses de chair : on a dû lui retirer 25 % de sa peau !

Bactéries mangeuses de chair : on a dû lui retirer 25 % de sa peau ! Victime d’une fasciite nécrosante, une bactérie mangeuse de chair, David Ireland, père de famille résidant en Floride, est dans un état critique. On a dû lui retirer 25 % de sa peau. Aux États-Unis, 1600 personnes décèdent chaque année de ce type d’infection. Les bactéries mangeuses de chair ou fasciite nécrosante, font de plus en plus de ravages. Une étude publiée récemment s’était déjà penchée sur ces contaminations. Pour les auteurs, elles apparaissent comme un avertissement. Selon ces derniers, les bactéries mangeuses de cher seraient favorisées par le réchauffement climatique.

Une nouveau streptocoque provoque une recrudescence de scarlatine . Le nombre d ’ infections à streptocoques est à la hausse en Angleterre et au Pays de Galles. Et des chercheurs qui étudient la scarlatine viennent de faire une découverte qui pourrait bien expliquer cette augmentation.

Les streptocoques (le genre Streptococcus) regroupent un vaste ensemble de micro-organismes ubiquitaires et qui comprend de nombreuses espèces. En raison de leur nombre, on distingue les espèces pathogènes des espèces commensales et saprophytes.

Entre 2014 et 2016, le Royaume-Uni a subi une recrudescence de scarlatine

En 2014, l’Angleterre a connu la recrudescence de scarlatine la plus importante depuis les années 1960, avec 15 000 cas enregistrés. Dans les années qui ont suivi, le nombre de patients a continué de croître, pour atteindre 19 000 cas en 2016. Cette maladie est causée par des toxines, libérées par la bactérie Streptococcus pyogenes - ou “Strep A”. Les cas d’infections invasives dues à cette même bactérie ont également augmenté en 2016, par rapport aux cinq années précédentes.

La scarlatine affecte principalement les jeunes enfants, et se caractérise par une forte fièvre, des maux de gorge et une éruption cutanée rosée à rouge, qui donne à la peau l’apparence de papier de verre. Elle connaît généralement un pic entre mars et mai, et on la traite via l’administration d’antibiotiques.

Tsunamis liés à une maladie fongique mortelle

 Tsunamis liés à une maladie fongique mortelle © Getty Images Les chercheurs s'inquiètent du fait que le tsunami au Japon en 2011 pourrait également avoir propagé des agents pathogènes dangereux Un tremblement de terre majeur en Alaska en 1964 a déclenché des tsunamis qui ont échoué sur un champignon tropical mortel, selon les scientifiques. Les chercheurs de croient qu'il a ensuite évolué pour survivre dans les côtes et la forêt du Pacifique Nord-Ouest.

Selon un communiqué de l'Institut de veille sanitaire (InVS) publié le 8 avril dernier, une nouvelle épidémie de gastro-entérite pourrait toucher la France. Eviter les personnes contagieuses, se laver les mains régulièrement, bien cuire ses aliments Il est temps de prendre toutes les précautions anti

Propagation de l’ infection streptococcique. Les streptocoques du groupe A se propagent par Les streptocoques du groupe B peuvent être transmis au nouveau -né par les sécrétions vaginales au cours de l’accouchement. La scarlatine est rare de nos jours, mais des épidémies peuvent survenir.

Une nouvelle souche de streptocoques est en cause

D’après cette nouvelle étude, publiée dans The Lancet Infectious Diseases Journal, les chercheurs ont établi un lien entre l’incidence accrue de scarlatine et celle d’infections invasives plus graves, telles que les infections sanguines. En effet, la nouvelle souche de Streptococcus pyogenes qu’ils ont mise en évidence produirait une plus grande quantité de toxines.

“Étant donné que cette souche a une capacité apparemment accrue de provoquer tous les types d’infection à Strep A, il est important de surveiller la bactérie ici, et dans le monde entier”, estime le Dr Nicola Lynskey, co-auteur de l’étude et chercheur à l’Imperial College London.

Cette nouvelle souche libère neuf fois plus de toxines

Les chercheurs ont tenté d’identifier les souches de streptocoques à l’origine d’infections à Londres et dans tout le pays, en essayant de savoir quel type de gène emm était présent. En 2014, la première vague de scarlatine était liées aux souches emm3 et emm4. Mais passé le printemps 2015, ce sont les souches emm1 qui sont devenues dominantes, détectées dans 33 % des cas - contre seulement 5 % deux ans auparavant.

Des chercheurs développent une souche d'E. Coli qui «mange» du dioxyde de carbone

 Des chercheurs développent une souche d'E. Coli qui «mange» du dioxyde de carbone Pendant que vous fourrez des restes de dinde dans votre ventre, la dernière chose à laquelle vous voulez penser est E. coli. Mais pensez à la bactérie, elle n'est pas toujours là pour vous nuire (et elle a aussi besoin de manger). Selon un nouvel article publié dans Cell , les scientifiques ont développé une souche d'E. Coli qui se nourrit de dioxyde de carbone.

La procédure consiste à prélever des cellules souches au niveau de la moelle osseuse qui ont la capacité de se transformer en différents types de cellules. Une nouveau streptocoque provoque une recrudescence de scarlatine . Trois cas de scorbut enregistrés dans les Alpes-Maritimes.

Les infections à streptocoque du groupe A (SGA) peuvent se manifester sous plusieurs formes, infections cutanées ou ORL dont l’angine érythémateuse, la scarlatine et plus rarement sous la forme d ’ infections invasives . Les streptocoques A, Streptococcus pyogenes sécrètent de très

Les souches de type emm1 prévalaient aussi dans les infections invasives, puisqu’elles représentaient 42 % des cas au printemps 2016, contre 31 % l’année précédente. Les scientifiques ont découvert que la majorité des gènes emm1 apparus après 2015 était un clone de la souche de base. Il présentait 27 mutations uniques, et produisait neuf fois plus d’exotoxine pyrogène streptococcique A (SpeA).

Cette souche spécifique, que les chercheurs ont nommé M1UK, représentait 84 % de tous les génomes emm1 analysés en Angleterre et au Pays de Galle en 2016. “La nouvelle souche, plus toxigène, que nous avons identifiée est devenue la cause dominante d’infections plus graves au Strep A”, indique le Dr Elita Jauneikaite, co-autrice de l’étude.

Cette bactérie peut-elle s’adapter à d’autres pays ?

Les auteurs de l’étude pensent que la récente hausse de l’activité de la bactérie Streptococcus pyogenes, qui a coïncidé avec la recrudescence de la scarlatine, aurait pu fournir les conditions nécessaires à son adaptation génétique et à sa propagation dans le pays.

Une mauvaise hygiène des mains peut être le plus grand transmetteur de superbactérie E.coli

 Une mauvaise hygiène des mains peut être le plus grand transmetteur de superbactérie E.coli (Reuters Health) - L'une des meilleures façons de réduire les infections à E. coli résistantes aux antibiotiques serait de s'assurer que tout le monde se lave les mains après être allé aux toilettes, un Une étude britannique suggère. © KATERYNA KON / SCIENCE PHOTO LIBRARY / Getty Images Les éclosions d'E.

Pour savoir si elle pouvait se propager par-delà les frontières, ils ont comparé les souches M1UK à 2 800 génomes emm1 du monde entier. Résultat : elles se sont révélées uniques et bien distinctes. Néanmoins, quelques souches isolées de M1UK ont été mises en évidence aux États-Unis et au Danemark par les chercheurs.

Une surveillance étendue est vivement recommandée

Ces derniers ignorent encore si la nouvelle souche pourra s’adapter à l’environnement d’autres pays. Ils encouragent cependant une surveillance plus étendue, dans la mesure où la toxine SpeA a été impliquée dans la réémergence mondiale d’infections invasives graves dans les années 1980.

“Le clone bactérien que nous avons découvert semble pour l’instant limité au Royaume-Uni, mais le fait que nous en ayons identifié deux exemples ailleurs suggère qu’il pourrait se propager à l’échelle internationale, et pourrait même être déjà présent dans d’autres pays”, souligne le Pr. Shiranee Sriskandan, auteur principal de l’étude.

“Dans le passé, certaines lignées sont apparues puis ont rapidement disparu. Seules des recherches ultérieures sur les souches récentes nous fourniront davantage d’informations, conclut l’expert.

Lire plus

Certaines infections des voies urinaires deviennent résistantes aux antibiotiques, ce qui les rend potentiellement mortelles .
© Lynne Sladky / AP Les infections des voies urinaires deviennent de plus en plus difficiles à traiter car les bactéries qui les causent résistent aux antibiotiques , une fois efficaces. Sans traitement, les bactéries des infections urinaires peuvent pénétrer dans le sang et devenir mortelles. Certaines souches d'E. Coli semblent être responsables de nombreux cas d'UTI résistants aux antibiotiques. D'autres bactéries pathogènes ont également développé une résistance aux antibiotiques.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 3
C'est intéressant!