•   
  •   

Bien-être Malnutrition, asthme, dengue : à quoi ressemblera la vie des enfants nés en 2019 à cause de la pollution ?

00:05  17 novembre  2019
00:05  17 novembre  2019 Source:   femmeactuelle.fr

Une forte exposition à la pollution doublerait-elle le risque d’avoir une DMLA ?

Une forte exposition à la pollution doublerait-elle le risque d’avoir une DMLA ? Selon une nouvelle étude, le risque de développer une DMLA serait plus ou moins élevé selon les zones d'habitation chez les personnes de plus de 50 ans. L’étude est inédite. Des chercheurs ont examiné les résultats de santé de 40 000 personnes entre 1998 et 2010. Ils se sont tout particulièrement intéressés à leurs yeux. Leurs conclusions sont surprenantes. Des résultats statistiques étonnants Cette nouvelle étude présente la particularité de s’être focalisée sur la pollution de l’air.

Malnutrition, asthme, dengue : à quoi ressemblera la vie des enfants nés en 2019 à cause de la pollution ? © iStock Malnutrition, asthme, dengue : à quoi ressemblera la vie des enfants nés en 2019 à cause de la pollution ?

Côté climat, les nouvelles sont catastrophiques. Un rapport publié dans la revue médicale The Lancet pointe du doigt les conséquences, à long terme, du réchauffement climatique sur la santé des enfants nés aujourd’hui.

"Nous devons agir maintenant, sinon il sera trop tard", déclarait Greta Thunberg, icône suédoise de la rébellion écologique, lors de sa participation à une marche sur les changements climatiques à Vancouver. Un rapport publié, ce jeudi 14 novembre, sur la revue médicale The Lancet vient de confirmer ces craintes. Cette étude, intitulée Compte à rebours sur la santé et le changement climatique, prouve que si aucune mesure n'est prise contre le changement climatique, la santé des enfants nés cette année, sera de plus en plus menacée tout au long de leur vie. "Les changements climatiques définiront la santé de toute une génération", affirme le responsable de ce rapport, Dr Nick Watts de l'Institut pour la santé mondiale de l'université de Londres.

Respirer tue : quand la pollution de l’air tue plus que le tabac et l'alcool

Respirer tue : quand la pollution de l’air tue plus que le tabac et l'alcool "Il faut que tu respires, c’est demain que tout empire," chantait Mickey 3D en 2003. Demain c’est aujourd’hui, l’air pollué tuerait prématurément en France entre 48 000 et 67 000 personnes. Particules fines, dioxyde d’azote, ozone, dioxyde de soufre… Ce cocktail mortel, nous le respirons dans les rues, dans nos appart, au boulot, dans les métros. Il tuerait plus que la cigarette, et plus que l’alcool.

Cette étude, fruit de la collaboration de 35 institutions académiques et agences mondiales, mesure les impacts et les enjeux du changement climatique sur les enfants nés en 2019, grâce à 41 indicateurs-clés. "Si les choses restent en l'état, avec des émissions de carbone élevées et le changement climatique qui se poursuit au même rythme, un enfant né aujourd'hui vivra dans un monde plus chaud de 4 degrés en moyenne d'ici ses 71 ans, ce qui menacera sa santé à toutes les étapes de sa vie", indiquent les auteurs du rapport.

Risque de malnutrition et de catastrophes naturelles

Les conditions météorologiques peuvent entraîner chez les nourrissons des risques de malnutrition et également favoriser les catastrophes naturelles. Les chercheurs estiment que la hausse des températures aura des répercussions sur les récoltes et donc sur l’alimentation des enfants. En effet, la raréfaction des denrées alimentaires due à la diminution des récoltes augmentera le prix des aliments. Autre conséquence due aux conditions climatiques pour les enfants nés en 2019 : la sécheresse, les inondations, les feux de forêts.

Dengue : un nouveau cas près de Lyon

  Dengue : un nouveau cas près de Lyon La personne n'a pas voyagé récemment à l'étranger, d’après l'Agence régionale de Santé (ARS) d'Auvergne-Rhône-Alpes et la préfecture. © Fournis par France Télévisions C’est un cas de dengue dit "autochtone" – attrapé par une personne n’ayant pas voyagé à l’étranger dans les 15 jours – qui a été enregistré Caluire-et-Cuire, près de Lyon. Dans un communiqué commun publié le 23 septembre, l’Agence régionale de Santé (ARS) d'Auvergne-Rhône-Alpes et la préfecture précisent qu’il s'agit du "premier cas connu dans la région Auvergne-Rhône-Alpes". La personne infectée est par ailleurs "guérie".

Problèmes respiratoires et maladies infectieuses

"Les enfants sont particulièrement vulnérables aux risques sanitaires liés aux changements climatiques. Leur corps et leur système immunitaire sont encore en train de se développer, ce qui les rend plus vulnérables aux maladies et aux polluants", souligne le Dr Watts.

La pollution de l’air devrait aussi affecter les poumons des enfants nés aujourd’hui : "tout au long de l'adolescence et jusqu'à l'âge adulte, un enfant né aujourd'hui respirera un air plus toxique, causé par les combustibles fossiles et aggravé par la hausse des températures", présage le rapport. Et les conséquences ne sont pas réjouissantes : "diminution de la fonction pulmonaire, aggravation de l'asthme et risque accru de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral".

Quant aux maladies infectieuses, telles que le choléra ou la dengue, elles sont favorisées par les températures élevées. "Sous l'impulsion des changements climatiques, la dengue est la maladie virale transmise par les moustiques qui se propage le plus rapidement au monde", prévient le rapport.

Manger du poisson dès l'âge d'un an pourrait réduire le risque d'asthme et d'eczéma chez les enfants de six ans

  Manger du poisson dès l'âge d'un an pourrait réduire le risque d'asthme et d'eczéma chez les enfants de six ans Des travaux dirigés par l'hôpital universitaire St. Olav (Øya, Norvège) et l'université norvégienne des sciences et de la technologie (NTNU) suggèrent que faire manger du poisson le plus tôt possible aux enfants pourrait les prémunir de maladies allergiques telles que l'eczéma ou l'asthme. Pour parvenir à cette déduction, les auteurs cette étude publiée dans le journal Nutrients ont comparé l'état de santé d'enfants qui ont mangé du poisson et/ou de l'huile de foie de morue plus d'une fois par semaine, depuis la période où ils étaient dans le ventre de leur mère jusqu'à l'âge de deux ans, comparé à ceux qui en mangeaient peu (c'est-à-dire moins d'un

L'enjeu capital : réduire les émissions de gaz à effet de serre

Pour éviter et atténuer les risques pour la santé des enfants nés aujourd’hui, le Dr Watts suggère d’agir tant qu’il en est encore le temps. Il demande une "action immédiate de tous les pays pour réduire les émissions de gaz à effet de serre" car selon le rapport, "les émissions mondiales de CO2 provenant des combustibles fossiles continuent d'augmenter" et "les décès prématurés liés aux particules fines stagnent à 2,9 millions dans le monde".

À lire aussi :

Pollution : et si elle affectait aussi la santé visuelle ?

Pic de pollution : les régions concernées et les risques pour la santé

Particules fines : quels sont les véritables effets de la pollution sur notre santé ?

FEATURE-Kathmandu fait face à une nouvelle menace à mesure que la température monte: la dengue .
Pour Prabina Maharjan, tout a commencé par un mal de tête, qui s'est ensuite transformé en fièvre et en douleurs corporelles. © Getty Moustique Aedes aegypti femelle en train d'acquérir un repas de sang de son hôte humain, 2006. Image courtoisie Centers for Disease Control (CDC) / James Gathany.

usr: 1
C'est intéressant!