•   
  •   

Bien-être La ménopause prématurée augmente le risque d'avoir des problèmes de santé à la soixantaine

07:40  25 janvier  2020
07:40  25 janvier  2020 Source:   msn.com

Élisabeth Buffet : l'humoriste se confie sur sa ménopause pour en finir avec les idées reçues

  Élisabeth Buffet : l'humoriste se confie sur sa ménopause pour en finir avec les idées reçues De la ménopause, on parle souvent des symptômes et des désagréments qui l'accompagnent. Sur le plan psychologique, cette transition peut être vécue comme une période difficile. L'humoriste Élisabeth Buffet nous livre son point de vue. Bouffées de chaleur, fatigue, irritabilité, troubles du sommeil… l’arrivée de la ménopause perturbe souvent le quotidien des femmes entre 45 et 55 ans. Dans certains esprits, la ménopause marque le début du vieillissement de la femme. Élisabeth Buffet, humoriste, démonte cette idée reçue et explique pourquoi la ménopause ne doit pas être perçue comme un symbole du déclin de la féminité.

Les femmes qui ont une ménopause précoce, à l 'âge de 40 ans ou moins, ont trois fois plus de risques de développer des problèmes médicaux chroniques et multiples à la soixantaine que celles qui l' ont à 50 ou 51 ans, selon une étude publiée lundi.

Les femmes qui ont une ménopause précoce, à l 'âge de 40 ans ou moins, ont trois fois plus de risques de développer des problèmes médicaux chroniques et multiples à la soixantaine que celles qui l' ont à 50 ou 51 ans, selon une étude.

Les femmes qui ont une ménopause précoce, à l'âge de 40 ans ou moins, ont trois fois plus de risques de développer des problèmes médicaux chroniques et multiples à la soixantaine. © HABY / IStock.com Les femmes qui ont une ménopause précoce, à l'âge de 40 ans ou moins, ont trois fois plus de risques de développer des problèmes médicaux chroniques et multiples à la soixantaine.

Les femmes qui ont une ménopause précoce, à l'âge de 40 ans ou moins, ont trois fois plus de risques de développer des problèmes médicaux chroniques et multiples à la soixantaine que celles qui l'ont à 50 ou 51 ans, selon une étude publiée lundi.

"Les professionnels de santé devraient envisager un dépistage et une évaluation complets des facteurs de risque lorsqu'ils traitent des femmes dont la ménopause est précoce", commente Gita Mishra, chercheuse à l'université de Queensland à Brisbane (Australie) et auteure principale de l'article.

La post-ménopause augmenterait les risques de cancer de l'endomètre

  La post-ménopause augmenterait les risques de cancer de l'endomètre Des chercheurs américains de la Mayo Clinic ont identifié une signature du microbiote vaginal associée au cancer de l'endomètre, qui serait en partie favorisée par la post-ménopause. Sensibles à ces facteurs de risque, le microbiote vaginal, c'est-à-dire l'ensemble des micro-organismes qui peuplent le vagin, pourrait jouer un rôle dans le dépistage de ce cancer, notamment chez les femmes post-ménopausées, soulignent des scientifiques de la Mayo Clinic de Rochester (États-Unis), auteurs d'une nouvelle recherche parue dans Scientific Reports.

Les femmes qui ont une ménopause précoce, à l 'âge de 40 ans ou moins, ont trois fois plus de risques de développer des problèmes médicaux chroniques et multiples à la soixantaine . "Les professionnels de santé devraient envisager un dépistage et une évaluation complets des facteurs de

Les femmes qui ont une ménopause précoce, à l 'âge de 40 ans ou moins, ont trois fois plus de risques de développer des problèmes médicaux chroniques et multiples à la soixantaine que celles qui l' ont à 50 ou 51 ans, selon une étude publiée lundi.

L'étude parue dans la revue Human Reproduction porte sur plus de 5.000 femmes australiennes, âgées de 45 à 50 ans en 1996 et suivies jusqu'en 2016. L'analyse se limite aux ménopauses naturelles (les ménopauses prématurées consécutives à intervention chirurgicale ont été exclues).

Toutefois, d'autres études sur d'autres populations sont nécessaires pour valider ces résultats, reconnaissent les chercheurs.

Comme l'espérance de vie des femmes dans les pays à revenus élevés est maintenant de plus de 80 ans, un tiers de la vie d'une femme se passe après la ménopause.

On sait déjà que la ménopause prématurée, qui survient à l'âge de 40 ans ou moins, est liée à un certain nombre de problèmes médicaux qui surviennent plus tard dans la vie, comme les maladies cardiovasculaires et le diabète.

Après la ménopause, attention à la sédentarité !

  Après la ménopause, attention à la sédentarité ! Les femmes de plus de 55 ans qui passent beaucoup de temps assises ont plus de chance de développer des maladies cardiaques et du diabète de type 2. Des chercheurs de l'Arizona State University College of Health Solutions de Phoenix ont découvert que les femmes obèses ou en surpoids et de plus de 55 ans qui étaient assises plus de neuf heures par jour voyaient leurs risques augmenter. Ils ont pour ce faire analysé les habitudes de plus de 500 femmes ménopausées d'un âge moyen de 63 ans, et analysé le groupe en tant que tel, avant de les séparer en deux : hispaniques et non hispaniques.

Les femmes qui ont une ménopause précoce, à l 'âge de 40 ans ou moins, ont trois fois plus de risques de développer des problèmes médicaux chroniques et multiples à la soixantaine que celles qui l' ont à 50 ou 51 ans, selon une étude publiée récemment. "Les professionnels de santé devraient

La ménopause prématurée augmente la probabilité d ' avoir des problèmes de santé à la soixantaine , selon une étude publiée lundi. «Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?» Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des

Cependant, il y a peu d'informations sur l'existence d'un lien entre la ménopause naturelle et le développement de multiples problèmes médicaux - connu sous le nom de multimorbidité.

Les femmes ont répondu à une première enquête en 1996, à une deuxième deux ans après, puis tous les trois ans jusqu'en 2016.

Elles pouvaient ainsi indiquer si elles avaient été diagnostiquées ou traitées pour l'un des onze problèmes de santé suivants au cours des trois dernières années: diabète, hypertension artérielle, maladies cardiaques, accident vasculaire cérébral, arthrite, ostéoporose, asthme, maladie pulmonaire chronique (BPCO), dépression, anxiété ou cancer du sein.

Les femmes étaient considérées comme ayant une multimorbidité si elles souffraient d'au moins deux de ces pathologies.

Lors des vingt années observées, 2,3% des femmes ont eu une ménopause prématurée et 55% ont développé une multimorbidité.

Par comparaison avec les femmes qui ont été ménopausées à 50-51 ans, celles qui l'ont été prématurément étaient deux fois plus susceptibles d'avoir une association de pathologies ou mulitmorbidité à l'âge de 60 ans et trois fois plus à partir de 60 ans.

La ménopause prématurée reste associée à ce risque accru, même après prise en compte d'autres facteurs qui pourraient affecter les résultats (le fait d'avoir ou non des enfants, le nombre d'enfants, l'éducation, le surpoids, le tabagisme, l'activité physique...).

L'étude ne montre pas que la ménopause prématurée est la cause de la multimorbidité, mais seulement qu'elle y est fortement associée.

Se brosser les dents régulièrement pourrait réduire les risques de maladies cardiaques .
Se brosser les dents régulièrement pourrait réduire les risques de développer une maladie cardiaque, selon des chercheurs de l'Ewha Womans University de Seoul, en Corée du Sud. En effet, les gens qui se brossent les dents trois fois par jours ont 12% de risques en moins d'avoir des problèmes cardiaques que les autres. Une mauvaise hygiène dentaire peut pousser les bactéries à entrer dans le sang, causant des inflammations, ce qui augmente les risques de développer une maladie cardiaque.L'étude a été publiée dans l'European Journal of Preventive Cardiology et a suivi plus de 161 000 personnes âgées de 40 à 79 ans et n'ayant aucun problème cardiaque.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 0
C'est intéressant!