•   
  •   

Bien-être Alzheimer : un risque accru chez les hommes de petite taille

16:30  13 février  2020
16:30  13 février  2020 Source:   femmeactuelle.fr

Pour éviter Alzheimer, lisez tous les jours !

  Pour éviter Alzheimer, lisez tous les jours ! Selon une étude, les personnes alphabétisées ont 30% de chance en moins d’avoir Alzheimer que les personnes qui n'ont jamais appris à lire et à écrire. Une activité très bénéfique pour le cerveauD’après les scientifiques, lire pouvait réveiller de nouvelles zones intellectuelles, ce qui permettrait au cerveau de rester en pleine forme jusqu'à un âge avancé."Si l'on acquiert la capacité de lire et d'écrire, cela permet d’avoir des activités stimulantes sur le plan cognitif", a déclaré Miguel Arce Renteria, du centre médical universitaire de Columbia.

Une grande taille , un facteur accru de risque de cancer chez la femme ? C'est ce que vient de démontrer une étude publiée dans la revue américaine Cancer Epidemiology. Près de 145 000 femmes ménopausées âgées de 50 à 79 ans ont été examinées.

Les causes de la maladie d’ Alzheimer ne sont pas encore pleinement comprises, mais on connaît les La forme familiale héréditaire : si un parent est atteint de cette forme d’ Alzheimer , les risques Autres facteurs environnementaux : Microtraumatismes crâniens : risque accru chez les sportifs

Une nouvelle étude vient confirmer l'étrange corrélation entre taille et risque de démence sénile.

S’il avait vécu assez longtemps, Napoléon aurait-il été atteint d’Alzheimer ? Prince aurait-il souffert de démence sénile ? Nicolas Sarkozy doit-il se méfier ? Une première étude de l’université d’Edimbourg en Ecosse avait déjà établi que les hommes de moins de 1,68m avaient deux fois plus de risques d’être atteints par cette terrible affection.

Diabète : le risque cardio-vasculaire est plus élevé chez les femmes

  Diabète : le risque cardio-vasculaire est plus élevé chez les femmes Ce jeudi 14 novembre est placé sous le signe de la journée mondiale du diabète. Dans une nouvelle recherche regroupant des données d'études démographiques, des chercheurs européens insistent sur l'importance de prévenir les risques cardio-vasculaires pour les patients diabétiques, en particulier chez les femmes qui sont presque deux fois plus exposées que les hommes. Alors que le diabète de type 1 touche environ 10% de la population diabétique, le diabète de type 2 concerne 90% des diabétiques.

Selon une étude française, une consommation basse de viande est associée à un risque accru de développer la maladie d’ Alzheimer . Les hommes qui adoptent une alimentation faible en graisses ont des taux sériques de testostérone plus faibles que ceux ayant une alimentation normale.

Une étude affirme que ce trouble est associé à un risque accru de bruxisme, de somnambulisme et de terreurs nocturnes. Mais lorsque des problèmes d'anxiété de séparation sont détectés dans la petite enfance, il serait selon eux utile de cibler le bruxisme pendant la première année du primaire.

De nouveaux travaux viennent confirmer ce résultat. Une étude danoise affirme en effet que le risque de démence diminuerait, chez les hommes, de 10% tous les 6 cm. Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont analysé les dossiers de 666 333 hommes nés entre 1939 et 1959. Mais contrairement à l’étude précédente qui était basée sur la simple relation entre la taille et la maladie, ils pris en compte les facteurs environnementaux et génétiques, les tests d’intelligence et le niveau d’éducation des sujets étudiés. 

Alzheimer : un risque accru chez les hommes de petite taille © Getty Images/iStockphoto Alzheimer : un risque accru chez les hommes de petite taille

A ce titre, on comptait 70 608 frères et 7 388 jumeaux parmi les dossiers passés au crible de la recherche. « Nous voulions voir si la taille du corps chez les jeunes hommes était associée au diagnostic de démence, tout en déterminant si les résultats des tests d’intelligence, le niveau d’éducation et les facteurs environnementaux et génétiques communs partagés avec leurs frères et sœurs expliquaient cette relation », explique un des auteurs de l’étude.

Réduire précocément le niveau de cholestérol diminue les risques cardiovasculaires (étude)

  Réduire précocément le niveau de cholestérol diminue les risques cardiovasculaires (étude) Donner un traitement pour abaisser le niveau de cholestérol chez des personnes de moins de 45 ans pourrait permettre de réduire le risque de maladies cardiovasculaires et d'AVC plus tard dans leur vie, conclut une étude de grande ampleur publiée mercredi. Ses auteurs, qui ont analysé les données de plus de 400.000 habitants de 19 pays occidentaux sur une longue période (jusqu'à 43 ans pour certains), confirment le lien entre un taux trop élevé de cholestérol et un risque cardiovasculaire accru à long terme.Mais ils montrent aussi que cette augmentation du risque est plus forte chez les patients relativement jeunes (moins de 45 ans) que chez ceux de 60 ans.

Découverte d’une planète de la taille de la Terre dans une « zone habitable ». Le manque de sommeil augmenterait les risques d’ Alzheimer . C’est en tout cas la conclusion est la démonstration la plus claire chez l ’ homme que la perturbation du sommeil conduit à un risque accru de maladie

D'après une recherche de médecins finlandais publiée lundi aux Etats-Unis, le fait de beaucoup fumer entre 50 et 60 ans pourrait plus que doubler le risque de développer la maladie d' Alzheimer et d'autres formes de démence vingt ans après. Le Dr Minna Rusanen de l'Université de Finlande et de l'hôpital

Des facteurs à prendre en considération pour le risque de démence mais visiblement, il y en a d’autres. Certains hommes développaient un Alzheimer mais pas leurs frères, beaucoup plus grands. C’est donc la taille qui était déterminante, estiment les chercheurs : « La différence entre taille et démence existait également lorsque les frères de taille différente ont été examinés, ce qui suggère que la génétique et les caractéristiques familiales n’expliquent pas à elles seules pourquoi les hommes plus petits ont un plus grand risque de démence ».

Mais pourquoi être petit prédisposerait-il plus à un Alzheimer ? Pour un des auteurs de l’étude écossaise : "Ce n’est pas le fait d’être petit qui peut causer la démence mais plutôt la raison de cette petite taille". Quel facteur affectant la croissance peut s’avérer dangereux. La science ne l’a pas encore dit. 

 

Suivez-nous sur Facebook
Téléchargez l'application
Microsoft News
Abonnez-vous à la newsletter

Boire trois tasses de thé par jour peut diminuer le risque de maladie d’Alzheimer .
Boire trois tasses de thé par jour pourrait réduire de plus d'un tiers le risque de développer la maladie d'Alzheimer. Cette maladie cérébrale débilitante, qui est un type de démence, peut affecter la mémoire, les capacités de réflexion et d'autres aptitudes mentales. Des chercheurs de l'université de Chicago ont découvert que les flavonols (un puissant antioxydant présent dans presque tous les fruits et légumes, ainsi que dans le thé) pourraient réduire le risque de développer la maladie évolutive. La quantité moyenne de flavonol qu'une personne consomme habituellement est d'environ 16 à 20 mg par jour, et une tasse de thé en contient environ 8 à 15 mg.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!