•   
  •   

Bien-être Antibiotiques : ils réduisent l’efficacité de l’immunothérapie

16:31  04 novembre  2017
16:31  04 novembre  2017 Source:   femmeactuelle.fr

Ménopause : les œstrogènes réduisent le risque cardiaque

  Ménopause : les œstrogènes réduisent le risque cardiaque La prise d’œstrogènes par voie vaginale est un traitement hormonal fréquent chez les femmes à la ménopause. Mais quel est l’effet de ces hormones sur leur santé ? Plutôt positif, à en croire une nouvelle étude. Décryptage. Qui dit ménopause dit souvent traitement hormonal. A cette période de leur vie, les femmes voient leur taux d’hormones (œstrogènes et progestérone) chuter, car leur corps cesse de les produire. Une supplémentation est alors parfois envisagée, par voie orale ou vaginale.

Les antibiotiques perturbent l ' efficacité de l ' immunothérapie . Publié le 02/11/2017. De plus, en administrant cette bactérie à des souris comportant un microbiote défavorable, l’activité anti-tumorale de l ’ immunothérapie est restaurée.

Alors que l ' immunothérapie pourrait à terme révolutionner la lutte contre le cancer, plusieurs chercheurs se sont penchés sur la raison de son inefficacité chez certaines personnes. Ils ont découvert que la prise d' antibiotiques affectait l ' efficacité de ce traitement.

Antibiotiques : ils réduisent l’efficacité de l’immunothérapie © Prisma Media Antibiotiques : ils réduisent l’efficacité de l’immunothérapie

La prise d’antibiotiques perturberait l’efficacité du traitement de certains cancers par immunothérapie, selon une récente étude.

Cette découverte, révélée par la revueScience et due au travail conjoint des scientifiques de l’Inserm, de l’Inra et de Gustave Roussy, démontre que certains patients atteints de cancer et placés sous antibiotiques en raison d’une infection dentaire, pulmonaire ou urinaire, voient la performance du traitement par immunothérapie, pourtant très prometteur, diminuer. Un phénomène visiblement lié à la modification du microbiote intestinal due à la prise de médicaments. Selon l’étude, cet impact négatif sur la progression de la maladie serait observé pour toute consommation d’antibiotiques intervenant deux mois avant et jusqu’à un mois après le début du traitement. Ce constat a été réalisé pour trois types de cancer : celui du rein, de la vessie et dans le cadre du cancer avancé du poumon. 

Cancer du sein: l'immunothérapie, le nouvel espoir de l'arsenal thérapeutique

  Cancer du sein: l'immunothérapie, le nouvel espoir de l'arsenal thérapeutique Moins invasive que la chimiothérapie, l'immunothérapie dans le traitement des cancers, notamment les plus avancés, représente un nouvel espoir majeur pour les femmes atteintes de cancer du sein. À quelques jours d'Octobre rose, mois de sensibilisaztion au dépistage du cancer du sein, le point sur cette technique qui consiste à faire reconnaître les cellules cancéreuses par le système immunitaire qui peut ainsi les combattre, comme un vaccin. Comment apprendre au système immunitaire à lutter contre le cancer ? Cette approche thérapeutique est le nouveau cheval de bataille des chercheurs en oncologie qui accélèrent leurs travaux sur cette approche prometteuse, espérant sauver un plus grand nombre de malades.

Et si en modifiant la composition de la flore intestinale (microbiome), par exemple par un traitement antibiotique , on réduisait l ’ efficacité de certains traitements Dans l ’ immunothérapie , c’est ce que font très efficacement des anticorps ciblant en particulier deux protéines: CTL-4 et PD-1/PDL1.

C’est un méfait inattendu des antibiotiques : ils font chuter l ’ efficacité de traitements des cancers très innovants, les immunothérapies . Par exemple, avec la première immunothérapie apparue, l’ipilimumab, certains patients atteints de mélanome avancé sont toujours en vie après dix ans.

Ces observations pourraient expliquer pourquoi certains patients ne répondent pas au traitement par immunothérapie et démontrent le rôle prépondérant du microbiote intestinal dans l’amélioration de l’état des malades. Les scientifiques ont en effet mené des tests comparatifs sur des souris qui ont permis de révéler que la composition et la qualité de ce microbiote étaient directement liées à l’efficacité de l’immunothérapie. Ils ont aussi pu mettre en évidence l’action positive d’une bactérie nommée Akkermansia muciniphila pour restaurer la performance du traitement chez les spécimens présentant un microbiote défavorable.

A lire aussi :

Cancer : les nouveaux traitements prometteurs

La médecine du futur qui soigne déjà

Antibiotiques : une piste pour les remplacer ?

La prise d’antibiotique avant deux ans, facteur d’obésité? .
Les antibiotiques pourraient être un facteur de prise de poids. Selon la revue Prescrire, "le risque d’obésité augmente de 10 à 50 % chez les enfants exposés à 4 cures ou plus d’antibiotiques". Le surpoids pourrait être provoqué par l’absorption d’antibiotique au cours des premières années de vie. Selon la revue Prescrire, la flore intestinale est perturbée par la prise de ces traitements. L’obésité est la conséquence d’un déséquilibre de la balance énergétique entre les apports et les dépenses. Mais elle peut aussi venir de divers facteurs génétiques, endocriniens, environnementaux ou sociaux.  La revue Prescrire estime qu’il y aurait également un lien entre p

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!