•   
  •   

Bien-être Les « super-séniors » maintiendraient leurs capacités cognitives grâce à un neurone et une protéine

09:25  17 octobre  2020
09:25  17 octobre  2020 Source:   gentside.com

Des niveaux élevés de protéines hépatiques procurent les mêmes bienfaits pour le cerveau que l'exercice

 Des niveaux élevés de protéines hépatiques procurent les mêmes bienfaits pour le cerveau que l'exercice L'augmentation des niveaux d'une protéine hépatique pourrait procurer au cerveau les avantages que procure l'exercice, selon une nouvelle étude. Dans des recherches menées sur des souris, les scientifiques ont découvert que des taux sanguins élevés d'une protéine appelée Gpld1 correspondaient à une fonction cognitive améliorée chez les rongeurs vieillissants.

maintiendraient leurs capacités cognitives grâce à un neurone et une protéine . Pour parvenir à maintenir leur cerveau en pleine forme, les " super - séniors " ont un secret. Une protéine qui épargne certains. Un autre secret des représentants du quatrième âge toujours aussi vifs d’esprit qu’à

Les « super - séniors » maintiendraient leurs capacités cognitives grâce à un Un second cerveau se cache dans votre corps et il possède des capacités insoupçonnées. Opéré au cerveau, un patient guérit de son arachnophobie. Quel pourcentage de notre cerveau utilisons-nous ?

Les « super-séniors » maintiendraient leurs capacités cognitives grâce à un neurone et une protéine © Fournis par Gentside Les « super-séniors » maintiendraient leurs capacités cognitives grâce à un neurone et une protéine

"La vieillesse est un naufrage", affirmait Charles de Gaulle. N’en déplaise au Général, tout le monde ne semble pas sur le point de sombrer : le grand âge n’est pas toujours synonyme de sénilité. Certains membres du club très fermé du quatrième âge – octogénaires, nonagénaires, ou même centenairesdéfient le temps qui passe et conservent, malgré les années, des capacités cognitives étonnantes, qui rivalisent avec celles de leurs cadets.

Alpacas aide les chercheurs à lutter contre le COVID-19

 Alpacas aide les chercheurs à lutter contre le COVID-19 © Fourni par ABC News Alpacas est devenu un allié improbable dans la lutte contre le coronavirus. (ABC Rural: Jennifer Nichols) Dans la course pour trouver un vaccin contre le COVID-19, les scientifiques ont trouvé une inspiration improbable - l'alpaga. Au cœur de l'épidémie de coronavirus en Australie à Melbourne, des chercheurs et des scientifiques examinent une curiosité immunitaire des alpagas qui, avec d'autres membres de la famille des camélidés, créent deux types d'anticorps.

Grâce à eux, les neurones ont la capacité de participer à différentes fonctions cognitives comme Bien, mais la manière dont les neurotransmetteurs influent au niveau des neurones n’est pas Lorsque le neurotransmetteur s’accroche, une protéine se libère dans le neurone et provoque des

Un vide scientifique que des chercheurs viennent en partie de combler grâce à une étude publiée il y a peu dans la revue Journal of Neuroscience. Ils ont ainsi détecté un motif rythmique de l’activation des neurones Les « super - séniors » maintiendraient leurs capacités cognitives grâce à un

Pour parvenir à maintenir leur cerveau en pleine forme, les "super-séniors" ont un secret. Et même plusieurs. Emily Rogalski, professeure à l‘Université Northwestern, près de Chicago, aux États-Unis, est parvenue à en découvrir certains, qu’elle a révélés au cours de la rencontre annuelle de l'Association américaine pour l'avancement des sciences, l’AAAS, qui s’est tenue en 2018 à Austin, au Texas.

Des neurones spécifiques plus nombreux

La première particularité observée chez les "super-seniors" se cache dans leur cerveau. Au cours de l’autopsie de dix d’entre eux, Emily Rogalski a abouti à une observation inattendue : chez les "super-séniors", un certain type de neurone est présent en plus grand nombre que chez les autres. Il s’agit des neurones de von Economo, aussi appelés neurones en fuseau, des cellules cérébrales bien spécifiques qui se distinguent par leur forme effilée, mais aussi et surtout par leur rareté dans le cerveau humain.

Des milliers d'essais de médicaments pour des maladies comme le cancer ont été arrêtés en raison de Covid

 Des milliers d'essais de médicaments pour des maladies comme le cancer ont été arrêtés en raison de Covid Des milliers d'essais cliniques visant à découvrir le traitement de maladies, y compris le cancer et les maladies cardiaques, ont été interrompus à la suite de la pandémie de Covid-19. Sept projets de recherche sur dix du NHS ont été affectés par la pandémie de Covid-19, selon une analyse de l'Université de Southampton. Un sur dix - 1 500 - a été complètement arrêté, ce qui comprend des essais cliniques de nouveaux médicaments ainsi que des recherches en laboratoire.

Les « super - séniors » maintiendraient leurs capacités cognitives grâce à un neurone et une protéine . Neurosciences.

Nos neurones sont chargés de recevoir et de transmettre ces signaux à travers notre corps. Tout au long de cet article, nous allons voir ce qu’est un neurone , quelles sont les parties qui le compose, quels types de neurones existe-t-il et comment nous pouvons améliorer leur formation. Table des matières.

On ne les retrouve en effet que dans trois régions cérébrales, et notamment dans le cortex cingulaire antérieur, une zone impliquée dans le maintien de l’attention et la mémoire de travail, une capacité qui permet à la fois de conserver temporairement une information, mais aussi de la manipuler. La raison principale, sans doute, de l’étonnante jeunesse cognitive des "super-séniors". "Cette zone était plus épaisse chez ces "super-séniors" que chez la moyenne des quinquagénaires et des sexagénaires", explique Emily Rogalski.

Une protéine qui épargne certains

Un autre secret des représentants du quatrième âge toujours aussi vifs d’esprit qu’à leurs vingt ans, réside lui aussi dans leur cerveau. Non pas dans leurs cellules, mais plutôt sous la forme d’une protéine particulière : la bêta-amyloïde. Lorsqu’elle s’accumule entre les cellules cérébrales, elle forme des plaques susceptibles d’engendrer un déclin cognitif, et qui semblent même responsables de l’apparition de la maladie d’Alzheimer.

Bayern complète le quadruple avec une victoire en Super Coupe contre Séville

 Bayern complète le quadruple avec une victoire en Super Coupe contre Séville © Reuters / BERNADETT SZABO Super Coupe d'Europe - Bayern Munich v Séville BUDAPEST (Reuters) - Le Bayern Munich a battu Séville 2-1 après prolongation jeudi pour soulever la Super Coupe de l'UEFA et terminer un quadruple sous l'entraîneur Hansi Flick, dans le premier match européen joué avec des fans dans les gradins depuis le retour du sport au milieu de la pandémie COVID-19.

Les « super - séniors » maintiendraient leurs capacités cognitives grâce à un neurone et une protéine . Neurosciences.

Schéma d' un neurone . Neurone d'hippocampe exprimant une protéine fluorescente (GFP) permettant d'observer les dendrites avec des épines dendritiques. À chaque instant, nos neurones possèdent des potentiels de membrane qui existent grâce aux gradients électrochimiques exercés par les ions.

Le cerveau de certains "super-séniors" recélait effectivement lui aussi de cette protéine délétère, mais contre toute attente, chez eux, la présence de bêta-amyloïde n’avait pas dégradé leurs facultés cognitives ni leurs capacités de mémorisation. Une découverte inattendue qui devrait permettre aux chercheurs de mieux comprendre comment certains parviennent à faire face à la démence sénile et à résister à la maladie d’Alzheimer.

Quelques "super-séniors" plus forts que les excès

Pour parvenir à conserver une telle fraîcheur cérébrale à un âge avancé, on pourrait croire qu’une vie saine est essentielle. Et pourtant, même si les excès sont en général synonymes d’un déclin prématuré, pour certains privilégiés, boire ou fumer n’empêche pas de vivre vieux et en bonne forme mentale. "Nous leur avons demandé pour quelles raisons ils pensaient être devenus des "super-séniors", comment ils y sont parvenus, et deux ou trois dames nous ont joyeusement répondu, et bien c’est parce que je prends un Martini avec mes amies tous les jours à cinq heures", raconte, amusée, Emily Rogalski.

Quelle eau boire après 50 ans ?

  Quelle eau boire après 50 ans ? À chaque âge, son type d'eau ! Découvrez aujourd'hui celle qui correspond à vos besoins une fois passé le cap de la cinquantaine. L'un des gestes essentiels du quotidien consiste à boire régulièrement de l'eau. Mais quelle est celle qui correspond le mieux à vos besoins passé 50 ans ? Medisite vous répond, avec l'aide du Dr Xavier Ballongue. Les différents types d'eau Avant d'entrer dans le vif du sujet, voyons ensemble les différences entre l'eau de source, l'eau minérale et l'eau du robinet... car toutes n'ont pas les mêmes vertus.

Les « super - séniors » maintiendraient leurs capacités cognitives grâce à un neurone et une protéine .

Un neurone typique contient plusieurs dizaines de milliers d'épines dendritiques, chacune forme une synapse. Avant l'arborescence terminale, un neurone peut donner plusieurs branches qui vont amener l'influx nerveux quelques part ailleurs, on appelle ces branches : des collatérales.

Garder la ligne ne semble pas non plus garantir la longévité. Chez les personnes âgées, un faible indice de masse corporelle augmente en effet les risques de mort prématurée. Pour vivre vieux, mieux vaut donc, semble-t-il, avoir un bon coup de fourchette et quelques réserves adipeuses.

Les scientifiques tempèrent néanmoins leurs constats. Même s’ils sont inoffensifs pour certains, les excès n’épargnent pas la santé de tout le monde, comme l’explique Emily Rogalski : "Cela ne veut pas dire que les gens doivent prendre de mauvaises habitudes pour vivre plus longtemps. Certaines personnes pourraient avoir une prédisposition génétique qui leur permet de mieux supporter de boire ou fumer."

Quoi qu’il en soit, les "super-séniors" pourraient nous apporter les clés d’une vieillesse heureuse, en pleine possession de nos facultés cognitives. "Nous parvenons plutôt bien à allonger notre espérance de vie, mais notre santé ne suit pas, et ce dont les "super-séniors" sont capables relève plus d’un équilibre entre ces deux aspects, ils vivent longtemps et ils vivent bien", conclut Emily Rogalski. La nature semble bel et bien avoir doté certains privilégiés de caractéristiques cérébrales hors du commun, qui les épargne du naufrage cognitif promis par le grand âge.

Une souche de virus mutée `` peut sauter d'avant en arrière '' .
Une nouvelle souche de coronavirus pourrait potentiellement sauter sur d'autres animaux, tels que les rats, les souris, les furets et les campagnols, a averti un expert. © Getty Images Le virus pourrait alors "réapparaître dans les années à venir dans la population humaine", a déclaré Sir Jeremy Farrar, directeur du Wellcome Trust. Ses commentaires sont intervenus au milieu de nouveaux avertissements sur l'évolution du virus chez le vison.

usr: 7
C'est intéressant!